Audemars Piguet: Millenary 4101 acier

Je me rends compte, la fin de l'année approchant que je n'ai pas présenté en détails une de mes montres préférées de l'année: la Millenary 4101 acier. Et pourtant, j'avais eu l'occasion de la découvrir lors du SIHH 2011 et j'avais été immédiatement séduit.

Mais pour en arriver à ce résultat, AP est parti de loin: je n'ai jamais vraiment aimé la collection Millenary sauf peut-être les pièces les plus compliquées mais dont les tarifs n'autorisent que le rêve. Et puis la 4101 est arrivée et ma perception a changé.

Un détail, mais d'importance, fait la différence: AP utilise enfin pleinement le potentiel représenté par la forme ovale du boîtier. L'univers Millenary demeure avec ses composantes traditionnelles: le cadran décalé sur la droite, les chiffres asymétriques, les aiguilles décentrées comme si tous ces éléments étaient virtuellement aspirés en dehors du boîtier. Mais la subtilité est que la partie gauche devient elle aussi fondamentale car occupée par l'organe réglant du mouvement. L'affichage du temps devient quasiment accessoire sur cette montre, le caractère hypnotisant du balancier à masselottes attirant immanquablement le regard.

La Millenary 4101 n'est pas seulement une réussite esthétique, c'est également une réussite technique. Lorsqu'elle fut présentée, nombreux furent ceux qui pensèrent que le calibre 4101 n'était qu'un 3120 à l'architecture modifiée, l'organe réglant passant côté cadran. Il n'en est rien puisque que seul le système de remontage a été conservé: pour le reste, le 4101 est un mouvement non seulement de conception nouvelle mais optimisé pour des meilleures performances en terme de précision, les principaux paramètres du balancier tels que l'inertie, l'amplitude, le facteur de qualité et la fréquence (4hz) ayant été ajustés dans ce but. Dans ce contexte, la taille du balancier n'est pas forcément la plus spectaculaire, la priorité étant les performances du mouvement. Cependant, elle permet d'apprécier les oscillations sans difficulté.

Le balancier est en effet très visible grâce au contraste entre sa couleur doré et celle du mouvement obtenu par un traitement de surface galvanique anthracite. Les côtes de Genève sont horizontales afin d'être en cohérence avec la forme du boîtier. Compte tenu des couleurs utilisées et du style de la décoration, ce sont bien les chiffres, les aiguilles et le balancier qui se distinguent au premier coup d'oeil. La finition de la partie face de la montre, composée du cadran, de l'organe réglant, de la platine est irréprochable. La présence de la dizaine de vis sur le côté gauche de la montre ne nuit pas à la beauté de la montre même si leurs têtes ne sont pas alignées. Elles contribuent à l'ambiance "technique" et à la décoration.

La Millenary 4101 est toute en relief, le cadran étant situé au premier plan, le balancier légèrement en retrait, suspendu par son pont traversant vertical. L'incabloc est relativement discret et ne jure pas avec le reste. La platine du mouvement est ouverte sous le balancier si bien que ce dernier semble flotter. Je pense que j'aurais préféré une platine totalement fermée afin de cacher éventuellement la chemise ou les poils sous le balancier lorsque la montre est au poignet. Rien de fâcheux cependant, l'ouverture, que nous découvrons en retournant la montre, reste discrète.

Compte tenu du positionnement de l'organe réglant, l'arrière de la montre semble un peu vide. Mais grâce aux finitions (perlage sur la platine principale, côtes de Genève sur le pont de la masse oscillante) et au traitement de surface, le rotor en or est bien mis en valeur.

La Millenary 4101 est imposante (47mm de largeur, 42mm de hauteur et 13mm d'épaisseur) mais cela ne se sent nullement pas au poignet. La forme du boîtier y est pour beaucoup car la haute reste raisonnable et l'épaisseur, compte tenu de la construction en relief, maîtrisée. Et puis, il fallait bien une telle taille pour profiter pleinement du spectacle offert par le balancier! Ce dernier, s'il touche quasiment le cadran, "respire" grâce à l'espace situé sur sa gauche. La lunette, relativement épaisse, maîtrise le sentiment de taille tout comme le traitement de surface, qui en obscurcissant la platine, donne un côté plus contenu.

Avec un prix de 19.500 euros TTC à décembre 2011, la Millenary 4101 acier constitue assurément un des meilleurs rapports qualité/prix chez Audemars Piguet: l'originalité de sa présentation qui n'est pas sans rappeler celle de la Seconde Morte, le travail effectué sur le mouvement, le caractère hypnotisant du balancier rendent cette Millenary extrêmement séduisante.

Plus qu'une nouvelle montre, la Millenary 4101 constitue la première étape d'une démarche plus ambitieuse: elle préfigure ce que seront les futures Millenary, avec complications. Audemars Piguet fonde beaucoup d'espoirs sur cette collection et cela se sent à travers le résultat obtenu avec cette 4101.

Merci à l'équipe Audemars Piguet France.

Commentaires