lundi 28 novembre 2011

MB&F: de la HM4 à la LM1

En écrivant il y a quelques jours l'article sur les HM4 Razzle Dazzle et Double Trouble, je me suis rendu compte qu'à la réflexion de très nombreux détails de la HM4 annoncent la LM1. De prime abord, les deux montres semblent très opposées. Et puis, en les regardant de plus près, des similitudes apparaissent... presque comme des évidences.

Tout d'abord, la HM4 est la première Horological Machine à remontage manuel. Certes, les deux mouvements n'ont franchement pas la même présentation mais cette volonté d'abandonner (provisoirement) l'automatisme pour une Horological Machine ne peut-il pas être perçu comme un clin d'oeil à l'horlogerie traditionnelle?

Le balancier suspendu de la LM1 a été souvent considéré comme l'élément le plus caractéristique de la montre. Mais finalement, la HM4 ne propose-t-elle pas non plus une sorte de balancier suspendu, certes moins spectaculaire mais bien réel?


Autre fil conducteur: l'affichage traditionnel du temps. Avec la HM4, ni heures sautantes, ni minutes rétrogrades, ni fonctions horaires "éclatées", le cadran de droite propose très classiquement une indication à deux aiguilles, le cadran de gauche étant dédié à la réserve de marche. A droite, le temps, à gauche, la complication... tout comme sur la LM1!


Les montres partagent aussi le concept des deux couronnes dont les fonctions sont toujours reliées à celles des cadrans les plus proches. Remontage et mise à l'heure avec la couronne de droite de la LM1, mise à l'heure du cadran auxiliaire avec la couronne de gauche de la LM1, mise à l'heure avec la couronne de droite de la HM4, remontage avec la couronne de gauche de la HM4.

Examinons les ponts en forme d'arc qui portent le balancier de la LM1: leur forme ne vous rappellent-ils pas les longerons de la HM4?


Enfin, le plus important est peut-être l'esprit commun qui règne autour de ces deux montres: une volonté de rendre hommage à des références du passé tout en mélangeant différents univers, celui de l'architecture et de l'horlogerie avec la LM1 et celui de l'aviation et de l'horlogerie avec la HM4.

Au bout du compte ne pourrions-nous pas considérer la LM1 comme une sorte de métamorphose de la HM4, l'apparence changeant, les gênes demeurant?

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci pour cette très fine analyse !
N.