dimanche 30 octobre 2011

Hublot: King Power Red Devil

Je sais très bien ce que vous allez me dire: et voilà la xième série limitée de la part de Hublot d'autant plus que celle-ci est la troisième (!!!) consacrée à Manchester United. Mais comment font-ils pour ne pas saturer eux-mêmes? Et qu'est-ce qui me pousse à vous en parler?

Soyons clairs d'entrée de jeu: cette montre ne rentre pas dans le panthéon horloger. Cela ne veut pas dire pour autant qu'elle n'est pas intéressante. En effet, pour une fois, le thème du football est bien exploité jusqu'à s'immiscer dans des détails inattendus. Et puis, avec grande intelligence, Hublot a su définir une montre qui sait particulièrement bien caresser dans le sens du poil le fan de Manchester United. Tout est réuni pour que ce fan, s'il a les moyens de se payer une montre d'un tel prix, ne puisse résister à son appel.

Quelle est la formule magique? Elle est très simple finalement. Il s'agit de donner à l'acquéreur potentiel le sentiment qu'avec cette King Power il ne va pas porter une simple montre dédiée à son équipe favorite mais qu'il aura un véritable fragment de Manchester United au poignet. Quoi de plus symbolique pour un club de football que sa pelouse? Et c'est ainsi que chacune de ces King Power Red Devil arbore des index dans lesquels ont été insérés de véritables brins de la pelouse d'Old Trafford! L'idée peut paraître tout autant loufoque que géniale mais au moins, elle frappe les esprits. Bien entendu, une couche de laque spéciale recouvre ces brins d'herbe afin que leur couleur soit pérenne. Remarquez, si leur couleur avait changé au fil du temps, cela aurait été un renouvellement du concept de "patine"...

Mais réduire cette King Power Red Devil à sa décoration aux couleurs du club et à ses index particuliers serait une erreur. La spécificité horlogère de la montre est d'avoir un chronographe à deux aiguilles centrales (secondes + minutes), qui, ambiance footballistique oblige, peut mesurer jusqu'à 45 minutes. Du fait de l'aiguille des minutes centrales, la graduation est située sur le pourtour du cadran. Les deux aiguilles se distinguent bien ce qui évite toute confusion. L'aiguille des minutes est la plus courte tandis que celle des secondes se remarque par sa flèche rouge. La place ainsi libérée sur le cadran est occupée par le logo du club, le diable avec son trident. La date est logée juste sous le diable, de façon très discrète. Même si elle est correctement intégrée, je pense que j'aurais préféré la montre sans.

Le mouvement est le HUB4245 basé sur un Valjoux 7750 et qui, outre ses deux aiguilles centrales, se caractérise par une réserve de marche élargie (72 heures), une ancre et une roue d'échappement en silicium. Sa fréquence est bien entendu de 4hz. Le mouvement n'est pas visible à l'arrière de la montre car le logo complet du club recouvre le fond. Mais en l'occurrence, ce n'est pas très grave car côté cadran, la finition "Aerobang" a été privilégiée. Le HUB4245 est semi-squelettée créant ainsi des ouvertures dans le cadran sur la platine. De prime abord, tout cela ressemble à un joyeux fouillis. Mais étonnement, la montre reste très lisible car la platine et les ponts ont subi un traitement galvanique noir renforçant le contraste avec les aiguilles. Les ouvertures créent du volume et donnent du caractère à la montre, bien plus passionnante que d'autres séries limitées. Je pense sincèrement que la finition "Aerobang" se marie parfaitement au style Hublot et cette Red Devil en est la preuve.

S'agissant d'une King Power, le boîtier a un gabarit XXL avec un diamètre de 48mm. La montre fait cependant plus petite qu'elle n'est car l'ouverture du cadran est très mesurée. L'épaisseur de la lunette, la forme du boîtier permettent à Hublot de jouer sur les matériaux. Le boîtier et la lunette sont en céramique noire microbillée, les couronne et poussoirs en acier recouvert de PVD noir et les parties latérales en résine composite noire. Les deux poussoirs sont ensuite recouverts de caoutchouc noir ou rouge. Une harmonie des couleurs est respectée et l'ensemble est proprement réalisé même si je trouve que la finition n'est pas exceptionnelle.

Le bracelet en caoutchouc noir respecte les mêmes codes avec une ligne rouge en son centre. Son efficacité n'est plus à démontrer. Le grand atout des montres Hublot reste leur confort et la King Power Red Devil ne déroge pas à la règle: malgré sa taille, la montre se positionne très bien sur le poignet, la forme du boîtier imposant au bracelet la courbure adéquate.

Pour avoir vu de nombreuses séries limitées de Hublot, dont la plupart n'apportait pas grand chose, je considère que cette King Power Red Devil se distingue du lot. Certes, cela reste une montre à prix élevé et dont le mouvement est basé sur le 7750. Mais le soin apporté aux détails, le chronographe à deux aiguilles centrales et la cohérence de son design avec l'univers du ballon rond la rendent sans aucun doute plus intéressante que d'autres. Et puis la première cible de clientèle reste le fan fortuné du club... s'il hésitait encore malgré tous les appels du pied (sans jeu de mot) fait par cette King Power, le certificat d'authenticité signé par Sir Alex Ferguson devrait définitivement le convaincre de succomber.

La King Power Red Devil est disponible dans le cadre d'une série limitée de 500 montres en céramique microbillée (cf photos) et de 250 montres en King Gold 18K (or rose).

Merci à l'équipe de Hall of Time à Bruxelles.

Aucun commentaire: