mercredi 20 avril 2011

MB&F: Horological Machine n° 3 "ReBel"

Décidément, la HM3 est une source inépuisable d'inspiration se prêtant sans difficulté à toutes les transformations inimaginables. Certes, cette faculté était inscrite dans ses gênes: n'existait-elle déjà lors de sa présentation en deux versions proposant une orientation différente du boîtier (la Starcruiser et la Sidewinder)? Le fait d'être une montre en 3D, sans cadran mais tout en volume favorise ce jeu des modifications.

En fait, si c'est la Starcruiser qui a servi de base à la Frog et à la JWLRYMACHINE, cette fois, c'est la Sidewinder qui s'est métamorphosée pour devenir la "ReBel" (R pour Right et B pour Black).

Pourquoi un tel nom?

Il est d'abord lié aux personnalités de Max Büsser et de Laurent Picciotto qui ont imaginé cette ReBel, chacun exerçant leur métier respectif avec une certaine dose d'originalité pour apporter un côté poil à gratter voire iconoclaste dans l'univers horloger parfois très feutré.

Il fait ensuite référence aux blousons noirs... le boîtier en or gris (de taille identique aux autres HM3: 47x50x16mm) se pare en effet d'un revêtement en PVD noir donnant à la ReBel un côté plus Rock'Roll (pour ne pas dire... Black Metal) qui tranche singulièrement avec le style tout en sensualité et en rondeur de la Frog et celui très mécanique, tendance tête de robot de la Sidewinder d'origine.

Et puis... le côté rebelle se retrouve dans l'orientation de la montre. Au premier coup d'oeil, on a l'impression qu'il s'agit d'une bête Sidewinder noire... avec une HM3, tant qu'on n'a pas mis la montre au poignet, il est difficile de savoir dans quel sens elle est orientée. Et on se rend compte très vite qu'il y a un truc qui cloche... mais oui! La ReBel est l'effet miroir de la Sidewinder, elle est donc destinée à être portée au poignet droit.

Les gauchers apprécieront... mais dans son esprit, elle est plus destinée aux droitiers qui voudront soit porter une deuxième montre en même temps... soit casser le train-train quotidien en mettant une montre au poignet droit.

Alors est-ce à dire que la Sidewinder d'origine est la ReBel du gaucher? Hum! Derrière tout ça, cela montre que l'originalité de la HM3 s'adapte à tous ces jeux, que les notions de sens, d'ordre, de logique se perdent pour le plus grand plaisir de celui qui la porte!

Comme vous pouvez l'imaginer, nous retrouvons la même architecture du mouvement qu'avec les autres HM3 à savoir une base GP qui tracte le module Agenhor en trois dimensions d'affichage des informations. Le rotor est toujours visible côté face tandis que les deux roulements à billes le sont à l'arrière de la montre. L'effet n'est cependant pas tout à fait "miroir", le mouvement ayant été retourné, l'affichage jour nuit et des heures se retrouvant dans le cône supérieur tandis que l'affichage des minutes est situé dans le cône inférieur, contrairement à la Sidewinder.

Au niveau lisibilité, j'ai toujours eu du mal avec la HM3 (sauf avec la Frog): la ReBel ne déroge pas à la règle, la lecture du temps ne m'est pas intuitive mais après tout, est-ce un réel problème? La ReBel comme les autres HM3 n'est pas faite pour donner l'heure. J'ai envie de dire qu'il s'agit d'une construction mécanique, une machine pour reprendre le terme de Max Büsser qui a la faculté et non le but d'indiquer le temps. C'est de cette façon que je conçois les différentes HM.

Une exclusivité mondiale, mes premiers wristshots au poignet droit:

Et la Sidewinder... au poignet gauche:

La HM3 ReBel est vendue dans le cadre d'une série limitée de 18 exemplaires.

Un grand merci à Max et à son équipe pour leur accueil pendant le Salon de Bâle.

Aucun commentaire: