Haldimann: H8 Flying Sculptura

En ce 1er avril, je souhaitais vous présenter la bonne blague réalisée par Beat Haldimann: une montre qui n'indique pas l'heure. Blague? Pas si sûr!

Vous connaissez bien cette H8 Flying Scluptura, Beat Haldimann a commencé à la dévoiler pendant le salon de Bâle 2009 et elle a déjà provoqué de très nombreuses réactions. En fait, en l'essayant, j'ai voulu comprendre la démarche de cet horloger incarnant de la façon la plus absolue l'approche artisanale de la création. Comment finalement se retrouve-t-il à être comparé à une marque comme Romain Jérôme période Arpa située aux antipodes de l'échelle horlogère?

Il faut se remettre dans la collection passée pour appréhender la H8: que ce soit avec ses pendules puis la H1 (tourbillon central volant) et la H2 (double-tourbillon central volant à résonance), tous les observateurs du petit monde horloger ont souligné le caractère hypnotisant des oeuvres de Beat Haldimann. Cette dimension est d'ailleurs renforcée par la taille du Tourbillon qui occupe une large part du cadran et par la relative discrétion des aiguilles qui semblent flotter dans l'air.

La H2 Flying Resonance:

Déjà sur les deux montres bracelet, l'affichage du temps devient presque accessoire face au ballet envoûtant du Tourbillon. Je me souviens très bien l'émotion suscité par la H2 lorsque je l'ai mise à mon poignet: face à un tel spectacle, j'ai totalement oublié le temps qui passait...

Alors, la H8 devient finalement une espèce d'aboutissement logique: en s'affranchissant de tout affichage du temps, elle donne à son propriétaire l'opportunité de profiter, sans contrainte, sans distraction, de la révolution magique du Tourbillon central. La maîtrise de cette complication de la part de Beat Haldimann en devient plus que perceptible.

Malgré ces explications, les réactions négatives à une telle démarche sont tout à fait recevables. Après tout, l'objet d'un Tourbillon n'est-il pas d'améliorer la précision d'une montre? Quid alors de son utilité si le temps n'est pas affiché? En fait, là aussi, la H8 apporte la preuve que le Tourbillon n'est maintenant, à de rares exceptions près, qu'une complication esthétique. Plutôt que de rappeler l'inutilité de cette complication dans une montre bracelet, Beat Haldimann a préféré souligner sa beauté... la rendant finalement indispensable dans le contexte d'une montre aboutie. La H8 Flying Sculptura ne doit pas être analysée comme une montre mais bien comme un bijou horloger, un objet vivant qui offre un spectacle inégalé.

Et puis... soyons clairs, le personnage est malicieux: du point de vue exposition médiatique, Beat Haldimann a bien réussi son coup. La H8 est bien plus connue que ses créations précédentes et a donné à ce maître horloger un sacré coup de projecteur plus que mérité. Bref, avec la H8, Beat Haldimann est non seulement allé au bout de sa logique mais il a réussi à le faire savoir: c'est un vrai carton plein!

Commentaires