Dominique Loiseau: 1f4

C'est dans une allée du Palace de Baselworld que se cachait une des plus belles montres du Salon: la 1f4 de Dominique Loiseau. Pour tout vous dire, je considère que cette 1f4 forme avec l'Opus 11, le duo le plus impressionnant du Salon.

Si l'Opus 11 de Denis Giguet a pour but d'imaginer un nouveau système d'affichage du temps et concentre l'attention vers une fonction très précise (l'affichage des heures), Dominique Loiseau, à travers la 1f4 poursuit un objectif différent: le sien est de réinventer la montre à grande complication (ou plutôt la montre grande sonnerie à complications). Deux montres, deux interprétations de l'art horloger, deux façons d'aborder les mécanismes complexes mais une même exigence: l'innovation.

Seul un horloger de la trempe de la Dominique Loiseau pouvait s'attaquer à un tel défi: les grandes complications classiques se situant au sommet de la pyramide horlogère, il fallait un sacré bagage technique, de la confiance en soi, de l'audace pour imaginer apporter quelque chose de nouveau dans ce segment.

Et Dominique Loiseau a réussi son pari: la 1f4 est née après 6 ans de développement et comporte pas moins de 32 fonctions.

Dominique Loiseau était quand même conscient de son expérience en la matière: depuis plus de 30 ans, il a travaillé sur les plus belles complications pour le compte des marques les plus prestigieuses. Il est notamment le créateur de la 1735 de Blancpain.

Quelle a été sa démarche? Pour la comprendre, Dominique Loiseau est parti de plusieurs constats:
  • tout d'abord, lorsque les montres commencent à cumuler les complications, les informations affichées deviennent difficiles à lire, le cadran étant surchargé.
  • ensuite, un calibre automatique est plus adapté à une montre Grande Sonnerie afin de maintenir la réserve de sonnerie à un niveau satisfaisant (crucial pour une montre qui sonne au passage)
  • enfin, les montres extrêmement complexes, du fait de l'architecture de leur mouvement ont tendance à présenter un certain embonpoint se retrouvant à la fois dans le diamètre et dans l'épaisseur du boîtier.
La volonté de Dominique Loiseau fut ainsi de construire une montre aux multiples complications incluant la plus prestigieuse de l'horlogerie, la grande sonnerie, qui serait à la fois automatique, lisible et portable. Pour répondre à ce triple enjeu, il imagina deux systèmes brevetés.

Le premier est le système, à secret, de réversibilité des cadrans. Pour l'actionner, c'est un peu la même méthode que pour ouvrir les boîtiers cuvette chez Minerva/Montblanc en tirant sur le bracelet. Le boîtier se libère alors et peut pivoter. Sur les photos, vous verrez des ergots: ils sont utilisés pour changer rapidement de bracelet sans outil.

Le second est le système de remontage automatique à deux rotors annulaires: positionnés "à la périphérie du mouvement", ils permettent de recharger efficacement la réserve d'énergie. Ils sont réalisés en or massif 18 carats et ont un diamètre de 41,5mm. Compte tenu de leur masse, leurs rotations se ressent fortement lorsque la montre est au poignet.

Grâce à ces innovations, le boîtier de la 1f4 possède une taille tout à fait raisonnable compte tenu de la quantité de complications embarquées: le diamètre est de 45,2mm pour une épaisseur de 16,64mm.

La taille perçue est cependant plus grande car les couronnes et poussoirs, relativement proéminents pour améliorer leur facilité d'utilisation sont situés de façon logique des deux côtés du boîtier. Les fonctions relatives au cadran de référence se règlent par le biais de la couronne, des poussoirs, des correcteurs situés à droite du cadran.

Quelles sont donc les principales fonctions de la 1f4? C'est un vrai festival:
  • Heure locale
  • Tourbillon volant
  • Indicateur jour/nuit
  • Affichage d'un second fuseau
  • Equation du temps
  • Chronographe à rattrapante
  • Petite et Grande Sonnerie avec indicateur de la réserve de sonnerie sur les deux cadrans
  • Répétition Minutes
  • QP programmé jusqu'en 2100
Côté cadran classique, la montre affiche l'heure locale, les phases de lune et les indications du QP de façon très traditionnelle. Côté cadran squelette, l'heure locale est décentrée, le second fuseau est situé à gauche et la complication principale devient le chronographe. Les indicateurs de l'équation du temps et de réserve de sonnerie relient les sous-cadrans entre eux.

Visuellement, les deux cadrans sont donc très différents. Le cadran squelette est moins formel et met en valeur le Tourbillon volant. Il donne un côté plus léger à la montre et aussi une touche de modernité. Du fait de la construction du mouvement, le cadran squelette ne dévoile malheureusement rien de particulier. Tant mieux après tout pour la lisibilité de la montre. Le cadran classique est d'un d'un bleu profond et est subtilement décoré par un motif à créneaux. J'ai une préférence pour ce cadran: les chiffres appliqués, sa couleur, son organisation, le côté épuré de la phase de lune lui confèrent beaucoup de charme.

Quelles sont les principales caractéristiques du mouvement? D'une fréquence de 3hz, il possède un balancier à masselottes et un spiral Breguet. Dominique Loiseau a évidemment particulièrement travaillé sur la forme des timbres. Au nombre de deux, ils sont à section carrée (comme chez JLC) et fabriqués dans la masse. Le nombre de pièces du mouvement est logiquement élevé (891) mais finalement on a déjà vu des mouvements à plus de 1.000 pièces avec moins de complications: c'est peut-être un signe de qualité de conception.

Je n'ai pas pu juger de la qualité sonore de la montre, la fonction étant bloquée sur le modèle présent à Bâle. Mais la forme du boîtier et des cornes qui favorisent la propagation du son ainsi que le soin apporté à toutes les autres fonctions laissent à penser que le résultat sera à la hauteur de nos attentes.

Montre équilibrée et harmonieuse malgré le nombre élevé de complications, la 1f4 impressionne par le sentiment de maîtrise qu'elle dégage. Mais une question demeure: d'où vient son nom pour le moins étrange? Il s'agit d'une couverture au jeu d'échecs autrement appelée "Ouverture Bird". Vous voyez donc le jeu de mots entre le nom de l'ouverture et celui du créateur de la montre mais derrière cela, il y a aussi la volonté pour Dominique Loiseau de rappeler que la construction d'un mouvement, débute toujours par une première idée, telle une ouverture qui s'inscrit dans une démarche globale.

L'ambiance des échecs se retrouve dans la forme des deux couronnes et des 4 poussoirs inspirée par les pièces du jeu mais également dans le fermoir décoré par un motif en échiquier.

Au poignet, la 1f4 est confortable malgré sa taille et son poids: ce confort peut-même être considéré comme excellent dans ce créneau particulier des montres superlatives. Comme précisé précédemment, l'élément surprenant est la sensation provoquée par la rotation des rotors: on ne les oublie pas!

La complexité de la montre et le processus de fabrication artisanal font que Dominique Loiseau ne peut produire que 2 1f4 par an. Bien entendu, chaque montre sera personnalisable et comportera une signature unique.

Je souhaite remercier chaleureusement Dominique Loiseau et ses partenaires pour la présentation en détail de la 1f4 et de ce qui la rend si exclusive.

Commentaires