mercredi 15 décembre 2010

Cuervo y Sobrinos: Historiador Semanal

Amateurs de cadrans épurés, passez votre chemin tant qu'il est temps: l'Historiador Semanal arrive! Mais une fois coutume, c'est pour la bonne cause que le cadran est chargé: il correspond à une complication particulière. Imaginez une montre triple calendrier qui propose également l'affichage du numéro de la semaine et où toutes les informations seraient affichées de façon circulaire. A partir de ce cocktail, vous obtenez l'Historiador Semanal et son design inimitable.

J'ai tenu à vous présenter cette montre pour deux raisons:
  • pour l'originalité de son cadran et de sa complication évidemment
  • et parce qu'elle symbolise la stratégie de Cuervo y Sobrinos
Quelle est cette stratégie? Après quelques moments d'égarement, Cuervo y Sobrinos, surfant sur la vague du néo-rétro, a souhaité puisé un peu plus dans sa riche histoire pour redéfinir sa collection. Profitant du caractère latin de son style fleurant bon l'ambiance d'après-guerre à la Havane, la marque présente des modèles à l'esthétique comportant un soupçon de vintage dans un contexte résolument actuel.

Cette Historiador Semanal en est la preuve: regardez la typographie utilisée, la forme du boîtier avec ses cornes si caractéristiques, les aiguilles... l'inspiration du passé est évidente. Il faut dire que cette montre est la descendante directe d'un modèle qui exista dans les années 40. A l'époque, le mouvement avait été créé et breveté à Fontainemelon. De nos jours, le mouvement qui équipe la montre est composé d'une base ETA 2892-A2 et d'un module exclusif qui a nécessité 2 ans de développement. Côté finition, c'est le minimum mais Cuervo y Sobrinos a eu l'intelligence d'agrandir la masse oscillante si bien que le mouvement ne fait pas perdu dans le boîtier... alors que techniquement, il l'est (cf la tige de la couronne visible et la taille de la platine du mouvement). Bien joué!

Face à un tel cadran, les aiguilles ont un rôle majeur pour rendre cet ensemble d'information lisible. Elles jouent parfaitement leur rôle en affichant deux informations à la fois. L'aiguille à bout horizontal indique les mois et les numéros des semaines (donnant ainsi le nom au modèle), celle en forme de diapason les jours et les quantièmes. Sur les photos, vous pouvez vous rendre compte de la façon dont la montre fonctionne. En fait, seuls 2 anneaux sont mobiles: celui des mois et des jours de la semaine. Une des deux couronnes à gauche du boîtier permet de régler les mois et les semaines, l'autre la date et le jour. La couronne à 3 heures a le rôle traditionnel de réglage de l'heure.

La concession à la modernité est la taille du boîtier: l'Historiador Semanal possède un très généreux boîtier de 45mm de diamètre. Compte tenu de plus de la forme et de la longueur des cornes, les petits poignets sont immédiatement exclus du champ des possibles. Pour les autres, c'est la certitude de porter une montre dont la taille, combinée à la présentation du cadran, transmet une forte présence.

L'Historiador Semanal est disponible avec deux couleurs de cadran: noir ou blanc. Pour avoir vu les deux versions, je préfère nettement le blanc, plus lisible et surtout d'aspect plus qualitatif.

Avec L'Historiador Semanal, Cuervo y Sobrinos profite de ses atouts pour se distinguer de la concurrence pourtant fort présente dans ce segment de prix. Ce n'est pas en dévoilant un calibre ou des finissions haut de gamme mais en dessinant une montre mélangeant agréablement style néo-rétro et originalité. Pour ceux qui s'attardent plus sur le style que sur le pur intérêt horloger, l'Historiador Semanal peut être une option à considérer... à condition d'avoir le poignet adéquat!

Un grand merci à Allan Casale qui m'a présenté cette montre lors du Salon Belles Montres 2010.

Aucun commentaire: