dimanche 1 août 2010

MB&F: Horological Machine n°3 "Frog"

Avant de présenter la HM4, Max Büsser a créé la surprise en dévoilant une nouvelle version de la HM3. Les différentes Horological Machines constituent des bases propices aux évolutions comme l'a prouvé par exemple la HM2 avec la Sapphire View ou la Black Box. La HM3 ne déroge pas à la règle.

De prime abord, la HM3 Frog semble être une Starcruiser relookée. Cependant, la différence est un petit peu plus subtile car la Frog propose un affichage de l'heure modifié.

Rarement une montre aura aussi bien porté son nom: même si l'air de famille avec la Starcruiser est évident, la Frog évoque immanquablement la tête de la grenouille lorsque seuls les yeux de cette dernière sortent de l'eau. Mais ce n'est pas tout! Tout comme les yeux de la grenouille, les dômes en aluminium massif sur lesquels sont inscrites les graduations des heures et des minutes tournent sous les verres saphir hémisphériques. C'est ici une des deux différences fondamentales par rapport à la Starcruiser. Sur la Starcruiser, ce sont les aiguilles des heures et des minutes qui bougent autour des deux cônes stationnaires. Sur la Frog, les aiguilles sont remplacées par deux indicateurs fixes en forme de goutte (H et M) assistés par deux triangles sur le boîtier et ce sont les graduations qui effectuent les révolutions. L'autre différence est que pour accentuer l'effet loupe des verres saphir, les chiffres ont été agrandis et la police de caractère adaptée afin d'épouser harmonieusement la forme des dômes. La conséquence est que le dôme des heures, gradué jusqu'à 12, effectue une rotation complète en 12 heures contre 24 heures pour l'aiguille de la Starcruiser.

Le mouvement de la Starcruiser, basé sur un calibre GP3100 et dont le développement fut réalisé par Jean-Marc Wiederrecht et son équipe chez Agenhor a donc dû être modifié pour tenir compte de cette vitesse de rotation différente et pour adapter le mécanisme de date. Sa fréquence est de 4hz et son nombre de composants de 304.

Côté "recto" de la Frog (j'évite d'employer le terme de cadran compte tenu de la spécificité de l'affichage), si notre regard est attiré immédiatement par les deux protubérances, nous retrouvons le fil conducteur de toutes les Horological Machines: le rotor en or en forme d'astéro-hache qui effectue ses mouvements sous l'arc-de-cercle de la graduation des quantièmes. Le quantième de référence est mis en valeur par un triangle gravé côté droit du boîtier.

Sur le boîtier est dessinée une ligne qui délimite la zone occupée par les deux verres saphir: la forme de cette zone est la même que celle se trouvant au "verso" qui englobe les deux roulements à billes qui ont pour but d'animer les deux dômes.

Le boitier en titane grade 5 a une dimension imposante mais en cohérence avec l'affichage de l'heure et le design de la montre: 47x50x16mm. Si une hauteur de 16mm est importante pour une montre "standard", cela passe visuellement sans problème ici du fait du côté assumé et voulu de la présentation de la montre en 3 dimensions. Les différentes HM3, Sidewinder, Starcruiser, Frog sont des montres en trois volumes et c'est cet aspect qui les rend si particulières et qui a conduit à l'idée du développement de la Frog.

Je dois avouer que malgré beaucoup de recul, j'ai toujours du mal à correctement lire l'heure sur les Sidewinder ou Stracruiser. La grande vertu de cette Frog, au-delà de son style différent, est de considérablement améliorer la lisibilité des indications par rapport aux autres HM3. La forme des verres, les chiffres agrandis, les repères fixes, tout cela favorise le caractère intuitif de la lecture du temps.

Au poignet, malgré sa taille, son volume, la montre se porte avec confort grâce à l'efficacité de la boucle déployante qui se manipule simplement et qui maintient bien la montre.

La Frog existe en deux versions:
  • celle de la montre photographiée qui n'est pas limitée et qui se reconnaît à son rotor bleui.
  • une limitée à 12 exemplaires se distinguant par son boîtier traité en PVD noir et son rotor vert.
A titre personnel, je préfère la version non limitée même si la couleur du rotor de la version limitée est plus dans l'esprit de la montre.

Je considère la Frog comme une belle réussite de la part de Max Büsser et de l'équipe qui a travaillé sur le projet. Le thème ne manque pas d'humour, s'éloignant de l'univers science-fiction, robotique, manga auquel Max Büsser nous avait habitué. La Frog fait ainsi progresser la HM3 dans son côté ludique mais également dans son côté fonctionnel: la lisibilité considérablement améliorée constitue un véritable atout pour cette montre par rapport aux autres versions de la HM3.

Un grand merci à l'équipe Chronopassion.

Aucun commentaire: