jeudi 12 août 2010

IWC: Portugaise Yacht Club

La Yacht Club qui fut dévoilée lors du SIHH 2010 par IWC ne ressemble en rien aux modèles antérieurs qui portaient le même nom. Il faut dire que cette toute dernière Yacht Club est présentée en tant que Portugaise et permet à IWC de donner une touche plus sportive à sa collection phare.

Je dois avouer que je fus séduit par la beauté de cette montre chronographe. L'organisation de son cadran est très intelligente, permettant l'affichage d'un totalisateur des heures tout en respectant la présentation à deux sous-compteurs verticaux caractéristique des chronographes Portugaise.

L'astuce a consisté à insérer ce totalisateur à l'intérieur de celui des minutes, deux aiguilles se retrouvant dans le sous-compteur supérieur, le sous-compteur inférieur étant celui de la trotteuse.

Le cadran est une vraie réussite tant esthétique qu'en termes de finition: les chiffres appliqués et les aiguilles, rappelant les chronographes "classiques" sont très élégants et la présente conjointe de la graduation sur le rehaut et du chemin de fer permet de réduire la taille ressentie de la montre. Ce n'est pas inutile car le diamètre du boîtier est imposant: 45,4mm (pour une épaisseur de 14,5mm). La couleur du trotteuse du chronographe égaye l'ensemble et se marie bien avec les autres éléments.

Une différence fondamentale par rapport aux chronographes Portugaise est visible au premier coup d'oeil: un guichet de date est positionné à 3 heures répondant ainsi à l'attente de ceux qui souhaitaient l'affichage du quantième sur ces montres.

Le style plus sportif est accentué non seulement par cette trotteuse et par la taille du boîtier mais également par l'utilisation d'un bracelet caoutchouc enveloppant, par la protection de la couronne et le design différent des poussoirs. L'étanchéité est revue à la hausse à 60 mètres contre 30.

Montre combinant avec succès élégance et style sportif, cette Portugaise Yacht Club séduit par son esthétique aboutie. IWC a voulu cependant aller plus loin en utilisant le calibre de manufacture 89360 (d'une fréquence de 4hz) pour cette Yacht Club répondant ainsi aux sempiternelles critiques sur la présence du 7750 dans les chronographes Portugaise. La bonne surprise est que de ce fait, la montre se retrouve avec une complication flyback et une réserve de marche de 68 heures.

Si le calibre occupe bien le boîtier, sa finition et ses décorations sont loin d'être exceptionnelles. Compte tenu du contexte de la montre, cela ne choque pas outre mesure. Plus gênants sont en revanche la dureté des poussoirs et le bruit franchement désagréable lorsque le mouvement est remonté par la couronne.

Grâce à l'efficacité de son bracelet, la montre se positionne bien sur le poignet. La taille conséquente ne s'oublie pas mais comme précisé précédemment, le dessin du cadran et le rehaut réduit la perception de la dimension du boîtier.

La Portugaise Yacht Club, malgré ses défauts, affiche un bilan très positif. A travers ce modèle, IWC a réussi à rendre plus décontractée et plus polyvalente une de ses montres les plus célèbres. Elle séduira les amateurs de ces chronographes Portugaise qui souhaitent un calibre plus exclusif ainsi que la présence de la date. La décoration un peu brute du calibre m'incite à penser qu'un fond plein n'aurait pas forcément été une mauvaise idée, de plus cohérente avec l'esprit de la montre.

La Yacht Club est disponible en acier avec deux couleurs de cadran (noir ou argenté) ainsi qu'en or rouge avec un cadran ardoise perlé.

Merci à l'équipe de Hall of Time à Bruxelles.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci de cette revue. Est ce le même calibre qui équipe la nouvelle Da vinci chrono?

François-Xavier Overstake a dit…

Oui c'est bien le même calibre !

Bien cordialement.

Anonyme a dit…

Je viens de l'acquerir. Pas déçu du tout Le vendeur m'a affirmé qu'elle est munie du mouvement pelaton semblable a celui de la portugaise 7 jours... Mais avec une réserve de marche de 60 heures environ
Cela est il exact ?
IWC vôtre

François-Xavier Overstake a dit…

Bonjour. Le mouvement a une RDM de 68 heures et comporte bien le système de remontage Pellaton.