Audemars Piguet: Royal Oak Grande Complication

Le design original de la Royal Oak était celui d'une montre simple à deux aiguilles, sans trotteuse. Au fil du temps, la Royal Oak est devenue bien qu'une montre mais une véritable collection, son boîtier caractéristique s'adaptant finalement avec bonheur à un large éventail de complications. Au sommet de la pyramide, la Royal Oak Grande Complication surprend en réussissant à combiner avec bonheur boîtier sport&chic et complications classiques.

Le calibre utilisé est l'AP2885 que l'on retrouve également dans la version Jules Audemars. De fait, nous retrouvons l'organisation du cadran propre à ce calibre:
  • A 12 heures, l'indicateur des phases de lune et des semaines
  • A 3 heures, le compteur des minutes du chronographe (à rattrapante) et l'indicateur des jours de la semaine
  • A 6 heures, l'indicateur des mois et de l'année bissextille
  • A 9 heures, la trotteuse et les quantièmes
Les 4 registres du fait de leur présentation symétrique, se marient bien avec la forme des aiguilles, les index et le motif du cadran tapisserie propres à la Royal Oak.

Il en est de même pour le verrou de la répétition minutes qui glisse le long de la carrure gauche. Sa forme anguleuse, différente de celle du verrou de la Jules Audemars, s'intègre bien dans le design géométrique malgré sa proéminence.

Ce qui symbolise la Royal Oak d'origine est son côté élancé que la hauteur maîtrisée du boîtier (8mm) souligne. La contrepartie de l'intégration d'un calibre de grande complication est l'augmentation sensible de cette hauteur. Sans surprise, la Royal Oak Grande Complication est la Royal Oak la moins fine de la collection avec une épaisseur de 14,8mm. Cependant, grâce à un rapport diamètre (44mm)/épaisseur très raisonnable, le style Royal Oak n'est pas trop trahi par cet embonpoint relatif.

Le point d'orgue de cette montre est sans conteste le calibre AP2885 qui témoigne de la totale maîtrise d'AP et de Renaud&Papi dans le domaine des montres compliquées.

D'une fréquence de 2,75hz et d'une réserve de marche de 50 heures, l'AP2885 fut lors de sa présentation en 1995 le premier calibre Grande Complication Automatique affichant les semaines. Son nombre de pièces (autour de 650), finalement pas si excessif que cela compte tenu du cumul de complications et de l'automatisme, indique que son architecture fut bien pensée. Ce calibre surprend par son effet de profondeur et par le contraste entre le rotor en or et les autres éléments. Il ne s'agit pas d'un calibre qui s'apprécie au premier coup d'oeil, il n'a pas la beauté d'autres calibres qui attirent plus l'oeil par leurs décorations flatteuses. Cependant, son exécution sans faille et le jeu des deux marteaux sur les gongs procurent beaucoup de plaisir au propriétaire de la montre qui devra positionner le rotor de façon adéquate pour profiter du spectacle.

Lorsqu'on porte cette Royal Oak, le sentiment qui se dégage est celui d'avoir "du lourd" au poignet: lourd en poids (le boîtier et le bracelet sont en or gris), lourd en contenu horloger, lourd en prix. La montre se positionne bien sur mon poignet grâce au bracelet qui répartit correctement le poids. Cependant, sa forme particulière n'est pas adaptée à tous les cas de figure, un test plus approfondi est donc requis pour les futurs acquéreurs pour bien vérifier que la Royal Oak Grande Complication peut être portée sans souci.

Cette Royal Oak, c'est un peu le mariage de la carpe et du lapin. Et pourtant le charme agit, le boîtier offrant un beau cadre d'expression au calibre AP2885. La grande réussite d'AP est d'avoir su créer une Royal Oak extrêmement compliquée sans finalement dénaturer l'esprit de la montre d'origine, pourtant très simple. Cela tend à prouver que lorsque la qualité de finition, de conception est au rendez-vous, l'élégance des montres compliquées peut aussi se conjuguer avec des boîtiers plus originaux que les boîtiers classiques.

Commentaires