jeudi 22 avril 2010

Patek Philippe: 5205G

Incontestablement, l'année 2010 est celle des Quantièmes Annuels chez Patek Philippe. En effet, la marque a profité du salon de Bâle pour présenter plusieurs modèles, tous très différents les uns des autres, comportant cette complication.

La 5205G fait partie de ces montres et je la considère comme une des plus belles nouveautés de cette année.

En effet, la 5205G répond à un de mes vieux souhaits secrets: celui qui consistait à retrouver l'organisation du cadran de la Gondolo QA dans un boîtier plus à mon goût. Mais le travail de Patek Philippe ne s'est pas seulement résumé à placer le mouvement de cette Gondolo dans un boîtier rond: c'est tout un travail esthétique qui a été mené afin de donner du volume, de l'élégance et de la légèreté à cette montre.

Le volume provient de la lunette concave du boîtier, l'élégance de l'harmonie des couleurs et la légèreté des cornes ajourées.

Les cornes ajourées fluidifient le dessin:


Les informations sont clairement réparties sur le cadran: le quantième, le jour et le mois par le biais de guichets en éventail dans la partie supérieure, les phases de lune et l'indication 24 heures dans le registre inférieur. Les couleurs sont toutes en subtilité, seule la trotteuse blanche contraste un peu afin de casser la présentation classique de la montre et de lui donner une petite touche sportive.

Le boîtier, d'un diamètre de 40mm, est uniquement, pour l'instant, disponible en or gris. En revanche, le cadran deux tons l'est en deux versions: rhodium et gris argenté, noir mat et gris ardoise. Au départ, ma version préférée fut cette dernière, après avoir vu les deux montres, mon choix est moins évident, chacune ayant son charme.

Les deux versions de la 5205G:

Côté mouvement, pas de surprise: nous retrouvons le calibre 324 S QA LU 24H d'une fréquence de 4hz, d'une réserve de marche de 45 heures et au balancier Gyromax. Sa décoration est simple et raffinée.

L'équilibre général de la montre se ressent évidemment au poignet: la taille est idéale me concernant, l'ouverture du cadran maîtrisée, les informations lisibles sans difficulté.

La 5205G est donc une réussite et une montre pleine de charme. La difficulté la concernant est finalement de savoir quelle version est la plus désirable. Je n'ai toujours pas tranché la question!

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Magnifique !

Anonyme a dit…

un bémol sur une tendance récente de Patek à mettre plus (trop) en évidence la marque sur le cadran.
Il peut y avoir une question d'équilibre esthétique mais bon... ça ne passe pas facilement.

J'avais déjà une réserve sur le fait de marquer "émail" sur un cadran, alors évidemment...

Le charme de ces montres réside aussi, et pour une part importante, dans la discrétion, et même si les complications sont visibles, l'affichage de la marque devrait rester de l'ordre de l'aveu discret.

Å

François-Xavier Overstake a dit…

Bonjour. La taille de la marque est en effet importante mais elle ne déséquilibre pas le cadran. Cela ne m'a pas choqué à vrai dire lorsque j'ai essayé la montre.

A +

Fr.Xavier

Anonyme a dit…

Je vais donc l'essayer afin d'en mieux juger. La boite me plait énormément je dois dire, et j'ai une tendresse particulière pour le QA parfois un peu méprisé et qui ne le mérite pas.
Il est bien pratique et s'il faut poser la question de la correction annuelle, combien de QP passent réellement plus d'un an sans être stoppés à un moment ou à un autre ?

Merci FX de cette agréable revue. Å