Lange & Söhne: Chronographe 1815 (2010)


Une des belles surprises du SIHH 2010 est la réintroduction du chronographe 1815 dans le catalogue Lange. Ce retour se fait par le biais d'un tout nouveau modèle qui présente un style différent de son prédécesseur même s'il partage quelques points communs.

En cette période d'élargissement de boîtiers, Lange a finalement été très raisonnable sur ce thème: le nouveau chrono ne gagne qu'un demi-millimètre de diamètre. Ce relatif maintien de la taille est due à deux principales raisons:
  • la première est pragmatique: le calibre L951.5 est une déclinaison du calibre L951.0 de l'ancien modèle. Elargir plus le boîtier aurait entraîné un déséquilibre (par exemple, les compteurs se seraient retrouvés visuellement trop proche du centre).
  • la seconde est esthétique: le nouveau chrono présente un cadran simplifié, l'échelle pulsométrique a été retirée donnant un côté plus aéré à la montre et de fait, elle semble plus grande que l'ancien modèle.
Les différences entre les cadrans de l'ancien et du nouveau chrono apparaissent clairement:

Le retrait de l'échelle permet l'élargissement des compteurs corrigeant en cela un reproche régulièrement fait à l'ancien chrono. Le rehaut est moins prononcé, la graduation remplaçant l'échelle. Le nouveau chrono y gagne donc un style plus élégant, un cadran plus harmonieux mais perd le caractère plus sportif de l'ancien. En revanche, la forme des aiguilles, les chiffres, les index contribuent à rappeler que les 2 montres partagent bien un même air de famille.

Le calibre L951.5 présente très peu de différences visuelles avec le L951.0 si ce n'est le balancier à masselottes. Cependant, quelques modifications de son architecture ont permis l'utilisation d'un barillet plus important et d'accroître la réserve de marche à 60 heures soit un gain d'une journée. Le balancier à masselottes indique l'utilisation du spiral maison. La fréquence (2,5hz) est maintenue ainsi que toutes ses fonctions: le retour en vol et surtout le saut instantané de l'aiguille du compteur des minutes qui constitue un vrai plus pour un chronographe. Le calibre est bien entendu toujours aussi beau avec ce sentiment de profondeur qui s'en dégage.

Au porter, nous retrouvons des sensations de confort similaires à celles de l'ancienne version. Le poids et le diamètre sont à peu près les mêmes. Les informations sont cependant plus lisibles avec la nouvelle version. Comme c'est régulièrement le cas avec Lange, la montre a un poids certain d'où la nécessité de bien la positionner sur le poignet.

Le nouveau chronographe 1815 (disponible en Or Gris et en Or Rose) est donc une évolution réussie de son prédécesseur en lui donnant une dimension plus élégante et en corrigeant deux reproches qui lui étaient faits: la faible taille des compteurs et la réserve de marche trop courte. Cependant, il perd un peu du caractère plus affirmé de l'ancien chrono qui lui assurait une place à part dans la collection Lange.

Profitant du spiral maison et d'un balancier à masselottes, de la réserve de marche élargie, il constitue également une évolution technique subtile mais bien réelle dans l'histoire des chronographes "simples" de Lange.


Commentaires