dimanche 20 décembre 2009

Rudis Sylva: Série Romain Gillet

Sous la conduite de Jacky Epitaux, la marque Rudis Sylva a pour but de proposer des montres exclusives qui rendent hommage au travail des artisans de la région des Franches-Montagnes du Jura Suisse.

Le nom de la marque reprend d'ailleurs l'ancien nom du village des Bois, Rudis comme Jean Ruedin, l'homme qui au XVIIIième a défriché les hautes terres jurassiennes permettant la fondations des premiers villages, Sylva comme la forêt en latin.

La série Romain Gillet est la première montre présentée par la marque et ses origines jurassiennes se retrouvent sur le fond du boîtier grâce à la représentation en émail du cadran solaire de la façade de la ferme des Rosées du village des Bois.

Mais la grande caractéristique de la montre est la présence côté cadran de l'Oscillateur Harmonieux. L'Oscillateur Harmonieux a été conçu à partir d'un calibre imaginé par Romain Gillet, qui est issu d'une très longue famille d'horlogers jurassiens. Le principe, développé dans le cadre de Rudis Sylva par Mika Rissanen consiste à relier mécaniquement les 2 balanciers. Ces derniers sont dentés (cf photo suivante) ce qui permet de mettre en résonance les spiraux dès les premières oscillations. De fait, les écarts de fonctionnement de chaque spiral sont "corrigés" par le fonctionnement de l'autre. La cage du Tourbillon, d'un diamètre de 17,4mm effectue une rotation complète en une minute. Le calibre a une fréquence de 3hz et une réserve de marche d'une cinquantaine d'heures.

Une grande partie du cadran est donc dédiée à l'Oscillateur Harmonieux afin de bien mettre en valeur le côté hypnotisant de son fonctionnement. Vous noterez la très belle forme du pont de la cage du Tourbillon, à la fois élancé et dynamique.


L'heure est affiché sur le secteur supérieur. Un clin d'oeil à l'origine géographique de la montre se trouve dans les aiguilles en forme de sapin. Le secteur horaire a été guilloché par Georges Brodbeck dans son atelier de Saignelégier. Il l'a décoré de trapèzes dégressifs lui donnant un aspect rayonnant.

La grande date est située à droite et se règle grâce aux poussoirs correcteurs. Le dessin est équilibré par le logo de la marque à gauche du secteur horaire. Mais gageons que ce logo sera un jour remplacé par un guichet dans une évolution future de la montre.

Autre spécificité: la carrure du boîtier a été ouverte sur un côté permettant la visualisation du mouvement par le biais d'un saphir. Une idée que l'on retrouve maintenant de plus en plus fréquemment (un des exemples les plus célèbres est l'Omega Hour Vision) mais qui prend ici tout son sens.

Le boîtier, ici en Or Rose, est imposant (43mm de côté), épais mais grâce à la forme du fond, la montre épouse bien le poignet. Elle est lourde mais heureusement elle s'ajuste bien. Et comme c'est souvent le cas des montres à tourbillons "spéciaux", le regard est immédiatement captivé par le fonctionnement énigmatique et plein de charme de l'Oscillateur Harmonieux.

La Série Romain Gillet est donc une montre fort intéressante à découvrir. Elle s'inscrit dans la tradition des montres à résonance comme l'est la H2 de Beat Haldimann. Rudis Sylva a souhaité présenter une montre exclusive. Et c'est bien le cas ici grâce à l'originalité de sa présentation, le côté envoutant de l'Oscillateur Harmonieux et la finition irréprochable des éléments. Son design très masculin, très puissant (les deux poussoirs sur le côté, la taille du boîtier) peut contraster très fortement avec le caractère subtil de l'Oscillateur. Certains apprécieront cette opposition qui donne du piment à la complication. D'autres préféreront peut-être un style plus léger dans un tel contexte.

Il n'en demeure pas moins que cette Série Romain Gillet, disponible également en Or Gris et vendue dans un magnifique écrin (une reproduction d'un établi d'horloger) est une réussite et se distingue dans le paysage horloger actuel.

Un grand merci à Jacky Epitaux pour sa disponibilité lors de notre rencontre au cours du Salon Belles Montres.

Aucun commentaire: