samedi 12 décembre 2009

Jaeger-Lecoultre: Hybris Mechanica à Grande Sonnerie

La présentation d'une montre à Grande Sonnerie est toujours en événement s'agissant de la complication reine de l'horlogerie et à ce titre, rarement vue dans une montre-bracelet. Et lorsqu'il s'agit d'une des marques les plus innovantes qui la présente, cela donne encore plus de valeur à cet événement!

Les quelques lignes qui vont suivre n'ont pas le but de décrire toutes les fonctions de la montre et elles sont nombreuses. Je souhaite juste vous transmettre mes sentiments sur le prototype que j'ai vu lors du Salon Belles Montres et sur les caractéristiques qui m'ont particulièrement séduit.

Lors de l'année 2009, deux montres à Grande Sonnerie exceptionnelles ont été présentées: l'Arena Metasonic de Genta et cette Hybris Mechanica donc. Elles partagent le point commun d'avoir une sonnerie à 4 timbres et un carillon Westminster pour les heures pleines. 4 timbres, cela veut dire 4 marteaux et donc une énergie très importante pour faire fonctionner la sonnerie. Seule la Manufacture Roth&Genta proposait une telle prouesse dans une montre-bracelet avant JLC. Mais ce point commun est peut-être finalement le seul entre ces 2 montres.

L'Hybris Mechanica a été conçue à partir d'une feuille blanche ou presque. C'est la raison pour laquelle, elle est très différente dans son approche des autres Grandes Sonneries.

La première prouesse à souligner concernant cette montre est sa taille finalement contenue pour un tel nombre de complications: le calibre, d'une fréquence de 4hz, composé de plus de 1.300 pièces a un diamètre de 37mm et une épaisseur de 10mm lui permettant d'être logé dans un boîtier de 44mm de diamètre et de 15mm d'épaisseur. La montre reste donc tout à fait portable, évitant l'écueil traditionnel des montres de démonstration de savoir-faire horloger qui deviennent de véritables hamburgers.

Examinons maintenant le calibre côté ponts:



Nous remarquons au premier coût d'oeil le système de double-barillet et de deux trains de rouage similaire à celui du Duomètre. La gestion de l'énergie est un point crucial pour une montre à Grande Sonnerie et d'autant plus ici du fait des 4 marteaux. La réserve de sonnerie en mode Grande Sonnerie est de 12 heures, une réserve un peu courte mais qui s'explique notamment par la durée de la mélodie jouée lors des heures pleines (36 notes, 2 mesures ont été rajoutées à l'intégral du carillon Westminster). A noter ici le mode Petite Sonnerie spécial: la montre ne joue qu'aux heures pleines la mélodie des trois-quarts. L'autre détail que nous distinguons est le Tourbillon volant dont la cage tourne grâce à un roulement à bille en céramique.

Mais c'est côté cadran que nous observons les détails qui rendent cette montre si particulière.

Premier détail d'importance: la forme et la disposition des marteaux. Ici les 4 marteaux sont visibles ce qui n'est pas le cas de l'Arena (qui en a un au-dessus d'un autre). Un système à trébuchet a été imaginé pour accentuer la force de frappe du marteau. Ainsi comme une catapulte, le trébuchet permet au marteau de frapper de façon sèche sur le timbre et évite l'effet de rebond. De fait, la note jouée est plus forte et surtout plus claire.

Le deuxième détail est la présence de la tour de contrôle que vous voyez isolée sur la photo suivante:

Cette pièce est le cerveau de la montre, mettant les différentes fonctions en harmonie.

Un des principaux problèmes rencontrés par les montres à Grande Sonnerie est le décalage qui peut survenir entre le moment où la sonnerie joue et l'heure affichée. Grâce à cette tour de contrôle, le risque de décalage est supprimé.

L'autre rôle de la tour de contrôle est de remettre la Répétition Minutes dans le bon sens de sonnerie.

Une Grande Sonnerie joue les quarts puis les heures.

La Répétition Minutes d'une montre à Grande Sonnerie conserve traditionnellement le sens de la Grande Sonnerie et joue les quarts avant les heures. Sur l'Hybris Mechanica, le sens naturel de la Répétition Minutes est préservé: elle joue à la demande les heures, puis les quarts puis les minutes. Mais ce n'est pas tout: le silence que nous ressentons entre les heures et les minutes lorsque nous sommes avant l'expiration du premier quart est supprimé. La montre sonne directement les minutes après les heures.

Pour le boîtier, le choix s'est porté sur l'Or Gris qui d'après JLC, est le meilleur matériau pour concilier intensité et qualité du son.

C'est peut-être là la différence fondamentale entre l'Hybris Mechanica et l'Arena Metasonic.

La Manufacture Genta&Roth a beaucoup travaillé sur la conception du boîtier pour améliorer la qualité du son: l'absence de vis, l'utilisation de piliers, le développement d'un nouvel alliage pour les carures, tout a été pensé pour que ce qui entoure le calibre devienne une espèce d'amplificateur sonore. Le calibre Genta reste cependant le calibre traditionnel à Grande Sonnerie de la Manufacture.


Les équipes de JLC ont en revanche porté leurs efforts sur le développement du calibre et repris des recettes utilisées avec bonheur dans d'autres contextes (dual-wing, timbres cristal soudés à la glace etc...).

Vous noterez que le menu de sélection du mode de sonnerie est en G-P-S pour l'Hybris Mechanica (Grande-Petite-Sonnerie) alors que chez Genta, le mode de sonnerie s'opère par 2 sélecteurs: Grande ou Petite Sonnerie et mode silence ou sonnerie. Point important sur la Genta ou sur d'autres montres Grande Sonnerie: la montre ne doit pas être réglée en mode sonnerie sous peine de bloquer la montre. L'Hybris Mechanica verrouille automatiquement les poussoirs lorsque la montre est en mode sonnerie. Une sécurité très appréciée.

J'ai eu la chance d'entendre les 2 montres sonner, hélas à 6 mois d'intervalle. Les contextes étaient différents et il est difficile ainsi d'avoir un avis sur celle qui propose le meilleur son. Le seul sentiment que j'ai est que la JLC joue la mélodie de façon plus lente que la Genta. Mais l'idéal serait de pouvoir les entendre en même temps et dans les mêmes conditions.

Finalement, c'est toujours la même chose avec les montres à Grande Sonnerie. Cette complication est tellement passionnante que nous ne parlons quasiment pas des autres complications. Nous pourrions ainsi parler plus longuement du QP Rétrograde (jours, quantièmes et mois sont affichés de façon rétrograde) mais j'ai souhaité consacrer ces lignes avant tout sur ce qui rend magique cette nouvelle JLC.

Comme indiqué en préambule, la montre photographiée est un prototype. L'Hybris Mechanica à Grande Sonnerie fait partie du Trypique de JLC qui regroupe, avec l’Hybris Mechanica à Triptyque et l’Hybris Mechanica à Gyrotourbillon 55 complications. Le Tryptique sera réalisé en 30 exemplaires et les livraisons débuteront à partir de septembre 2010.

Un grand merci à Stéphane Belmont, Joel Cordier et Yves Meyan pour leur disponibilité et leurs explications.

Aucun commentaire: