dimanche 20 septembre 2009

Lange & Söhne: Tourbillon Pour le Mérite

Le Tourbillon Pour le Mérite fut présenté au public le 24 octobre 1994 et fait partie des 4 premières montres de Lange suite à la renaissance de la marque en compagnie de la Lange 1, l'Arkade et la Saxonia.

Le regretté Gunter Blumlein savait parfaitement que pour positionner directement Lange parmi les marques du haut du segment, il fallait une montre qui devait frapper les esprits.

Tel était le but de cette pièce qui fut la première montre bracelet à combiner à la fois Tourbillon et système de transmission chaîne-fusée.

Cette montre est l'oeuvre à la fois de Gunter Blumlein qui a défini les idées directrices et de Giulio Papi qui a travaillé sur le système de transmission. 2 talents réunis pour un résultat magistral.

201 Tourbillons Pour le Mérite furent produits entre 1994 et 2001: 50 en platine, 150 en or (100 en or jaune, 25 en or rose et 25 en or gris) ainsi qu'un exemplaire en acier suite à une demande d'un client. Walter Lange porte toujours quotidiennement le numéro 1/150 (or jaune).

Le diamètre est de 38,5mm et l'épaisseur de 10mm. Esthétiquement, elle fait penser à une 1815 up and down agrandie. Mais les 2 compteurs sont ici placés sur le diamètre de la montre ce qui n'est pas le cas de la 1815. Le cadran en argent est équilibré, la trotteuse est située dans le compteur de gauche tandis que l'indicateur de réserve de marche (36 heures) est dans celui de droite.

Bien évidemment, le clou du spectacle est constitué par le Tourbillon. Vous noterez le grand pont en acier ainsi que les deux diamants qui servent de rubis au niveau de la cage du Tourbillon (C'est le cas de toutes les Lange Tourbillon).

Le système chaîne-fusée a pour rôle de transmettre l'énergie depuis le barillet de façon optimale et constante. Lorsque la montre est totalement remontée, la chaîne est enroulée autour de la fusée. Lorsque la réserve de marche est basse, elle est enroulée autour du barillet. La chaîne fait 15/16 cm de long et les maillons sont très petits.

La chaîne, la fusée et le barillet de la Richard Lange PLM:

La dénomination "Pour le Mérite" est utilisée chez Lange pour les montres qui utilisent ce système de transmission. Seules 3 montres peuvent donc la porter: ce Tourbillon, le Tourbograph et la Richard Lange Pour le Mérite.

Le Tourbograph:

Le calibre L902.0, d'un diamètre de 30mm et d'une épaisseur de 6mm a une fréquence de 2,5hz. Chez Lange, les deux premiers chiffres du calibre indiquent la première année de développement. Il a donc débuté en 1990 au redémarrage de la Manufacture.

Sa finition est évidemment excellente et son architecture très particulière. Le deuxième diamant est visible dans le chaton du pont du balancier, le barillet et la chaîne dans l'ouverture supérieure.


Même si je ne suis pas un grand fan des cadrans ouverts, l'équilibre général du cadran, la taille parfaite du boîtier, les finitions procurent un vrai plaisir une fois la montre au poignet. De plus, le cadran bleu de la version or gris lui va particulièrement bien.

15 ans après sa présentation, le Tourbillon Pour le Mérite demeure un des Tourbillons majeurs. Les prix atteints lors des ventes aux enchères prouvent l'intérêt des collectionneurs pour cette pièce. Elle contribua grandement à positionner Lange au firmament des marques horlogères ce qui n'est pas un mince exploit quand on connaît le poids de la dimension historique dans ce positionnement. Gunter Blumlein avait donc réussi son pari avec cette montre qui constitue sans aucun doute le parfait symbole de la renaissance de la marque.

Un grand merci à Gaëtan qui m'a présenté cette montre d'exception.

lundi 14 septembre 2009

Patek Philippe: 5100R

La 5100R fut créée par Patek Philippe pour célébrer le passage à l'an 2000 et présentée dans le cadre d'une série limitée de 750 montres en or rose.

Je considère la 5100R comme une des plus belles montres de forme. En effet, derrière l'apparence de la simplicité, se cache une montre parfaitement aboutie et bien plus complexe qu'il n'y paraît.

Ce qui surprend en premier est le boîtier (d'une taille de 34 x 46mm). Faussement rectangulaire, il est plus proche du losange. Cette forme originale, inspirée par des modèles antérieurs de la marque, donne un cachet fou à la montre.


Le cadran gris ardoise se marie parfaitement avec le boîtier et est dessiné avec harmonie. L'indicateur de réserve de marche, situé à 12 heures, souligne la prouesse technique du calibre 28-20: cette réserve est de 10 jours alors que les dimensions du calibre (28 x 20mm) restent contenues. Une telle réserve est obtenue grâce à un double barillet en série.

Il faut compter plus d'une centaine de tours de la couronne pour remonter complètement la montre mais ce remontage est extrêmement doux.

Esthétiquement, vous noterez la très belle découpe des ponts:

Porter une telle montre procure un immense plaisir. Sa grande classe, son élégance, l'originalité du boîtier, la couleur du cadran font de la Patek 5100R la montre habillée par excellence.


L'immense regret est que cette montre ne soit plus au catalogue si ce n'est dans sa version Tourbillon. Malgré leurs qualités, les différentes versions de la Patek Gondolo 5124 sont loin de dégager le même charme...

mercredi 9 septembre 2009

Jaeger-Lecoultre: Gyrotourbillon 1

Présenté en 2005, le Gyrotourbillon 1 fait partie de ces montres, au même titre qu'une Greubel&Forsey ou d'un Zéro-G de Zenith qui proposent une solution techniquement complexe, allant au-delà du Tourbillon simple, pour atténuer les effets de la gravité sur l'organe régulant.


La voie choisie par JLC est celle du Tourbillon sphérique via 2 cages pivotant sur 2 axes. L'organe régulant bouge ainsi à la fois horizontalement et verticalement. La cage extérieure effectue une révolution complète en une minute alors que la cage intérieure l'effectue en 24 secondes. Ce principe est facilement observable à travers la vidéo ci-après:






Alors que ce Tourbillon sphérique, exceptionnel en soi, aurait suffi à justifier la création de ce Gyro 1, Jaeger-Lecoultre a tenu à compléter les fonctions de la montre en y intégrant des complications comme le Quantième Perpétuel et l'Equation du Temps marchante. Pour une montre à remontage manuel, le QP n'a de sens que si la réserve de marche est importante. De plus, l'énergie nécessaire au fonctionnement du Tourbillon sphérique est considérable. Ces deux points militaient donc pour un calibre à deux barillets afin d'apporter cette énergie en quantité suffisante sur une durée de 8 jours. La contrepartie d'une telle durée est la difficulté à maîtriser la précision de la montre surtout en fin de réserve. Jaeger-Lecoultre a bien évidemment réfléchi à cette problématique qui aurait rendu la montre plus que paradoxale. Ainsi, les deux barillets ne délivrent pas leurs énergies respectives de façon simultanée mais celle du premier transite par le second barillet afin qu'une source unique d'énergie soit transmise. Les deux barillets se contrôlant l'un l'autre, nous nous retrouvons face à un astucieux système à force constante.

Impressionnante du point de vue technique, la montre se distingue également du point de vue esthétique. Toute l'organisation du cadran a été faite pour mettre en valeur le Tourbillon et pour répartir harmonieusement les indications du QP.


Vous noterez plusieurs particularités:
  • L'affichage rétrograde du quantième par le biais de deux aiguilles
  • L'affichage rétrograde des mois
  • Le cadran semi-transparent sur la partie supérieure de la montre
  • L'aiguille de l'Equation du temps marchante avec son soleil
Manque donc côté cadran l'affichage de l'année bissextile. Cette indication a été transférée côté calibre:


Le calibre 177, d'une fréquence de 3hz est composé de 679 pièces. Il est le fruit du talent d'Eric Coudray qui a quitté la Manufacture depuis. Nous arrivons à distinguer les deux barillets, la roue qui transmet l'énergie au Tourbillon et Equation du temps oblige, la ville sur laquelle la montre est réglée.

Dotée d'un boîtier en platine de 43mm de diamètre à la lunette relativement épaisse, le Gyrotourbillon 1 est une montre lourde mais qui reste confortable si elle est bien ajustée. Le principe de Jaeger-Lecoultre sur ses montres à grandes complications est qu'elles demeurent portables. Portables, cela ne veut pas seulement dire confortable mais également fiables et simples à l'usage. Ce Gyrotourbillon ne déroge pas à la règle. Le réglage du QP se fait de façon traditionnelle par le biais de poussoirs correcteurs situés sur la carrure du boîtier.


Le Gyrotourbillon 1 est fabriqué en 75 exemplaires à raison d'une vingtaine de pièces par an. Montre d'exception, elle symbolise le talent de la Manufacture Jaeger-Lecoultre capable à la fois de produire des montres simples mais également un très grand éventail de complications y compris les plus complexes comme ce Tourbillon sphérique.