dimanche 24 mai 2009

Maîtres du Temps: Chapter Two

Maîtres du Temps est la marque créée par Steve Holtzman dont la vocation est de présenter des montres exclusives, fruits du travail collectif de plusieurs maîtres horlogers.

La Chapter One, première montre de Maîtres du Temps, s'inscrivait donc dans ce cadre en combinant, à travers un calibre de plus de 550 pièces, un Tourbillon, un chronographe monopoussoir, la date et un second fuseaux rétrogrades ainsi que les phases de lune et le jour de la semaine (par le biais de rouleaux). Trois maîtres horlogers avaient collaboré sur cette Chapter One: Christophe Claret, Roger Dubuis et Peter Speake-Marin.

Roger Dubuis et Peter Speake-Marin sont toujours de l'aventure pour la Chapter Two mais Christophe Claret est remplacé, si on peut s'exprimer ainsi, par Daniel Roth.

Plus "simple", plus raisonnable, de taille plus modeste, la Chapter Two est plus adaptée pour un usage quotidien que sa devancière. Cependant elle conserve un certain nombre d'atouts techniques afin de rester fidèle aux principes de Maîtres du Temps.

Il s'agit en effet d'une montre triple calendrier instantané avec affichage du mois et du jour de la semaine par rouleau. Le quantième est indiqué par le biais d'une grande date à 12.


La forme du boîtier, les rouleaux rappellent la Chapter One même si bien évidemment, le cadran en argent est beaucoup plus simple. A noter son guillochage en rayons. Les informations se corrigent soit par la couronne (heures, minutes) soit par le biais de poussoirs. Le poussoir qui règle le quantième est situé au-dessus de la couronne.

Les poussoirs qui permettent l'ajustement du mois et du jour sont situés à l'arrière de la montre. Le calibre a été développé par les trois maîtres horlogers avec la collaboration de Vaucher. D'une fréquence de 4hz, comprenant plus de 380 composants, il possède une réserve de marche de 50 heures. Sa décoration est raffinée et irréprochable.


Les chiffres à côté des mois et jours indiquent les rangs (exemple: Novembre=11). Sur la montre photographiée, il y avait un décalage au niveau des jours mais il s'agissait d'un prototype bien entendu.

Le boîtier en or gris, s'il est plus petit que celui de la Chapter One, reste toutefois imposant (58x42mm) et épais (18mm). Au poignet, la montre est donc relativement volumineuse.


La Chapter Two existe avec d'autres déclinaisons de boîtier ou de cadran:


Je dois avouer que je ne fus pas totalement séduit par cette montre. Si la démarche est intéressante, le saut instantané des informations techniquement impressionnant, se dégage selon moi une certaine impression de lourdeur dans le dessin et un contraste entre sa vocation (montre relativement habillée) et son gabarit. Le charme n'a pas agi me concernant. Il faut dire que je n'ai jamais été un gran fan de ce type de boîtier. Maintenant, attendons avec impatience la Chapter Three qui tranchera sûrement avec la Two.

Aucun commentaire: