dimanche 24 mai 2009

Maîtres du Temps: Chapter Two

Maîtres du Temps est la marque créée par Steve Holtzman dont la vocation est de présenter des montres exclusives, fruits du travail collectif de plusieurs maîtres horlogers.

La Chapter One, première montre de Maîtres du Temps, s'inscrivait donc dans ce cadre en combinant, à travers un calibre de plus de 550 pièces, un Tourbillon, un chronographe monopoussoir, la date et un second fuseaux rétrogrades ainsi que les phases de lune et le jour de la semaine (par le biais de rouleaux). Trois maîtres horlogers avaient collaboré sur cette Chapter One: Christophe Claret, Roger Dubuis et Peter Speake-Marin.

Roger Dubuis et Peter Speake-Marin sont toujours de l'aventure pour la Chapter Two mais Christophe Claret est remplacé, si on peut s'exprimer ainsi, par Daniel Roth.

Plus "simple", plus raisonnable, de taille plus modeste, la Chapter Two est plus adaptée pour un usage quotidien que sa devancière. Cependant elle conserve un certain nombre d'atouts techniques afin de rester fidèle aux principes de Maîtres du Temps.

Il s'agit en effet d'une montre triple calendrier instantané avec affichage du mois et du jour de la semaine par rouleau. Le quantième est indiqué par le biais d'une grande date à 12.


La forme du boîtier, les rouleaux rappellent la Chapter One même si bien évidemment, le cadran en argent est beaucoup plus simple. A noter son guillochage en rayons. Les informations se corrigent soit par la couronne (heures, minutes) soit par le biais de poussoirs. Le poussoir qui règle le quantième est situé au-dessus de la couronne.

Les poussoirs qui permettent l'ajustement du mois et du jour sont situés à l'arrière de la montre. Le calibre a été développé par les trois maîtres horlogers avec la collaboration de Vaucher. D'une fréquence de 4hz, comprenant plus de 380 composants, il possède une réserve de marche de 50 heures. Sa décoration est raffinée et irréprochable.


Les chiffres à côté des mois et jours indiquent les rangs (exemple: Novembre=11). Sur la montre photographiée, il y avait un décalage au niveau des jours mais il s'agissait d'un prototype bien entendu.

Le boîtier en or gris, s'il est plus petit que celui de la Chapter One, reste toutefois imposant (58x42mm) et épais (18mm). Au poignet, la montre est donc relativement volumineuse.


La Chapter Two existe avec d'autres déclinaisons de boîtier ou de cadran:


Je dois avouer que je ne fus pas totalement séduit par cette montre. Si la démarche est intéressante, le saut instantané des informations techniquement impressionnant, se dégage selon moi une certaine impression de lourdeur dans le dessin et un contraste entre sa vocation (montre relativement habillée) et son gabarit. Le charme n'a pas agi me concernant. Il faut dire que je n'ai jamais été un gran fan de ce type de boîtier. Maintenant, attendons avec impatience la Chapter Three qui tranchera sûrement avec la Two.

MB&F: Horological Machine n°2 Céramique (nouvelles photos)

Je vous avais déjà présenté les 2 versions de la Horological Machine 2 Céramique à travers ce post. La Watch Factory lors de la foire de Bâle 2009 m'a donné l'occasion de les photographier de nouveau dans de meilleures conditions.

La HM2 CR est une série limitée de 33 montres avec un boîtier combinant céramique et or rose. La HM2 CTi est quand à elle produite en 66 exemplaires et présente un boîtier en céramique et titane.

La céramique donne une nouvelle dimension à cette montre et avec le temps, c'est la HM2 CTi que je préfère, sûrement par sa plus grande discrétion qui permet de contre-balancer le gabarit très imposant de la montre (59x38x13mm).

La HM2 CR:





Bien entendu, le calibre est toujours basé sur le GP3100:


La HM2 CTi:




La Hm2, et surtout dans ses versions céramique, est mon Horological Machine préférée car elle est la plus adaptée, selon moi, pour un usage quotidien. L'indication de l'heure est intégralement située à droite et les fonctions supplémentaires (phases de lune et date rétrograde) apportent un plus du point de vue pratique par rapport à la HM1 tout en conservant le design audacieux qui caractérise la démarche de Max Büsser.

mercredi 20 mai 2009

De Bethune: La DB15

La DB15 fait partie des montres qui conservent une esthétique relativement classique dans la collection de la marque de David Zanetta et Denis Flageollet. Il s'agit selon moi d'un des plus beaux QP du marché grâce à une organisation parfaite des informations sur le cadran et aux innovations techniques apportées par son calibre.

L'harmonie règne en effet entre les différents indicateurs et guichets grâce à une répartition toute en symétrie: les phases de lune et l'année bissextile en haut, le quantième en bas, le jour à gauche et le mois à droite. La finition du cadran en or argenté est exceptionnelle (peinture des index, guillochage) et on est agréablement surpris par les effets de relief qui donnent du style et qui réduisent le sentiment de taille de la montre. Son diamètre est relativement imposant (42,3mm) mais il paraît donc plus petit qu'il n'est grâce aux divers niveaux du cadran.

Mais le clou du spectacle est délivré par l'indicateur sphérique des phases de lune, un des traits caractéristiques de la Manufacture de la Chaux l'Auberson. Sans jeu de mots, la 3D donne "une dimension supplémentaire" au design de la montre et surtout permet un affichage réaliste des phases de lune, ce que n'autorisent pas les indicateurs plats. Conséquence de la présence de l'astre lunaire sur le cadran: les aiguilles bleuies sont courbées de façon significative ce qui leur confère une certaine originalité.

Côté cadran la réussite est totale, c'est également le cas côté mouvement. Le calibre DB2005, à remontage manuel, reprend certaines des innovations de De Bethune comme le balancier en titane/platine à courbe terminale plate qu'un système triple pare-chute protège. Grâce au double barillet, la réserve de marche de la montre atteint les 5 jours. Ce n'est pas négligeable mais dans le contexte d'un QP à remontage manuel, une réserve de marche d'au moins une semaine n'aurait pas été inutile.

Par son architecture unique, le calibre DB2005 a un rendu visuel très particulier. Sa finition ne souffre d'aucun reproche et lorsque la montre est à l'arrêt, on peut observer le style très original du balancier.


Porter cette montre est un vrai régal, il faut bien l'avouer. Comme précisé précédemment, l'équlibre du cadran rend la montre particulièrement harmonieuse et malgré sa taille respectable, elle se porte avec beaucoup de confort. Même si je n'ai jamais été un gran fan des cornes des boîtiers de De Bethune, elles ne choquent pas dans le contexte de la DB15.


Véritable réussite technique et esthétique, la DB15 fait partie de ces montres magiques qui, une fois au poignet, sont très dures à enlever... Elle frôle le sans-faute si ce n'était la réserve de marche un peu courte pour un QP manuel. Mais finalement, lorsqu'on possède une telle montre, comment peut-on s'en priver pendant plus de 5 jours?

dimanche 17 mai 2009

Audemars Piguet: Jules Audemars Grande Sonnerie Carillon

Présentée à la fin des années 90, cette montre témoigne de tout le talent de la Manufacture Audemars Piguet Renaud Papi. En effet, il s'agit de la seule montre Grande Sonnerie comportant un dynamographe c'est-à-dire un indicateur du couple réel délivré par le barillet. Lorsque l'aiguille du dynamographe se trouve dans la section droite en position verticale, le couple est alors optimal. En revanche, si elle se trouve dans l'autre segment (comme c'est le cas sur les photos), le couple est alors insuffisant ce qui peut nuire à la précision de la montre.

Vous trouverez ici une représentation en 3D du fonctionnement du dynamographe (ne fonctionne qu'avec IE).

Le cadran est organisé très simplement, le dynamographe est placé discrètement à côté de la petite seconde. La réserve de marche est quand à elle une réserve de sonnerie. En mode Petite Sonnerie, cette réserve est de 60 heures contre 20 en mode Grande Sonnerie.

La sélection entre les différents modes (silence, PS ou GS) s'effectue par le biais d'un sélecteur situé à droite du boîtier en platine (et d'un diamètre de 39mm). Le poussoir de la Répétition Minutes est à 10h.

Rappelons donc les fonctions de la montre.
  • En mode Grande Sonnerie, elle sonne automatiquement les heures et les quarts.
  • En mode Petite Sonnerie, elle sonne automatiquement les heures
  • Silence: aucune fonction de sonnerie n'est active. Il est indispensable de règler l'heure de la montre lorsqu'elle est en mode silence.
  • Lorsque le poussoir de la Répétition est pressé: les heures, les quarts et les minutes à la demande.
La montre peut porter le terme de Carillon du fait de la présence de 3 marteaux lui permettant de sonner les quarts d'heure sur 3 notes différentes. Ces 3 marteaux se distinguent facilement lorsque nous retournons la montre:


Le calibre 2891 surprend par sa parfaite organisation et son rendu visuel "simple". Ce calibre, composé de 496 pièces, a une réserve de marche de 48 heures et une fréquence de 3hz. Il comporte deux barillets indépendants, l'un pour le fonctionnement de la fonction horaire, l'autre pour la Sonnerie. Selon le sens de manipulation de la couronne, chaque mécanisme est armé.

Le rendu sonore est tout à fait agréable, profitant de la présence des 3 marteaux. En revanche le son est un peu étouffé par le boîtier platine.

Même si cette Jules Audemars Grande Sonnerie n'a pas forcément la vocation d'être une montre de tous les jours du fait de sa délicatesse, grâce à sa discrétion et à ses dimensions contenues, elle se porte de façon très confortable. A noter cependant qu'elle n'est pas étanche.

Ce fut donc un vrai plaisir de découvrir cete montre un peu paradoxale car derrière son apparente simplicité, se cache une totale maîtrise d'une des plus belles complications horlogères. Je souhaite remercier la boutique AP de Madrid, calle Don Ramon de la Cruz pour l'accueil chaleureux.

dimanche 10 mai 2009

Patek Philippe: 5110R (Heures Universelles)

La 5110 a été présentée par Patek en 2000, reprenant en cela la grande tradition de la Maison genevoise en montres Heures Universelles. Elle fut remplacée par la 5130 en 2006.

L'éternelle question chez les amateurs de la marque est de savoir si ce remplacement fut positif ou non. Plus grande (39,5mm contre 37mm), utilisant les superbes aiguilles ciseaux, la 5130 a un a priori favorable. Cependant, le guillochage du cadran de la 5110 est sublime et sa taille plus contenue la rend peut-être plus équilibrée.

Le système d'Heures Universelles est tout simple et ingénieux. Avec le poussoir, on positionne à 12 heures le fuseau horaire dans lequel on se trouve et dont l'heure est indiquée par les aiguilles. Puis grâce aux disques des villes et des 24 heures, l'heure des autres fuseaux se lit directement. Le poussoir permet de règler simultanément le disque des villes, des 24 heures ainsi que l'aiguille des heures locales. Sur la montre photographiée, il est 18 heures à Paris, 2 heures du matin à Tokyo, 14 heures à Rio...

Comme souvent avec Patek, se dégage un charme irrésistible de cette montre. Pourtant, elle n'est pas exempte de reproches. Le poussoir est relativement dur, la lisibilité pas forcément optimale. Mais voilà: la perfection du cadran, la beauté du guillochage et sa taille parfaitement équilibrée la rendent irrésistible.

Le calibre utilisé est le 240HU à micro-rotor, d'une fréquence de 3hz et composé de 239 pièces. Sa réserve de marche est de deux jours. Il s'agit d'un calibre fascinant à observer grâce à son micro-rotor décentré en or 22ct et à sa finition exemplaire et sobre.

Le modèle photographié est la version 5110R (boîtier en or rose). La 5110 existe également en or gris et en platine. J'ai une préférence pour les versions en or car sur le modèle platine, le cadran des heures contraste trop à mon goût avec le disque des villes.

La magie Patek opère sans difficulté une fois la montre mise au poignet. Malgré sa taille qui peut sembler petite selon nos standards d'aujourd'hui, le raffinement et l'harmonie de la montre font que c'est un régal de la porter. La montre se positionne sans difficulté grâce à la boucle déployante au fermoir à la croix de Calatrava.

La 5110 (tout comme la 5130), fait partie des Patek immédiatement reconnaissable grâce à son cadran particulier. Cette montre est peut-être, avec les Quantièmes Annuels, une des meilleures façons de rentrer dans l'univers de Patek grâce à cette complication astucieuse et originale que sont les Heures Universelles si on est pas séduit par la simplicité des Calatrava ou Gondolo.

Seiko: Spring Drive Phases de Lune 2008

La Spring Drive Phases de Lune, une des rares montres Phases de Lune sans quantième, est peut-être ma Seiko préférée. En effet, je considère cette montre comme étant extrêmement aboutie, conciliant la réussite esthétique avec l'efficacité de la technologie Spring Drive.

Le modèle suivant fut présenté par Seiko en 2008, succédant à sa version antérieure qui date de 2006. Il s'agit d'une édition limitée de 200 montres.

Je reproche assez régulièrement à Seiko de proposer à travers ses collections haut de gamme (que ce soit par le biais des Grand Seiko ou de la marque Credor) des montres certes très bien conçues et à la finition irréprochable mais à la froideur un peu clinique.

Or ici, une espèce de magie opère. Le charme de la montre provient du contraste entre le glissement parfait de l'aiguille des secondes et la complication, si lente et poétique, consistant à afficher les Phases de Lune.


La différence majeure par rapport à la version antérieure provient de l'indicateur de la réserve de marche. Cet indicateur se trouve dans une zone du cadran à la texture plus brillante, apportant ainsi, tout en conservant une certaine harmonie, un peu de fantaisie. Le rendu est très réussi car le cadran prend de beaux reflets selon la lumière.

Le calibre qui équipe la montre est le 5R67, aux 288 composants et qui possède une réserve de marche de 72 heures. Sa finition est sans défaut et il est décoré sobrement mais élégamment grâce à des cotes en rayons. Seiko a souhaité conserver un aspect visuel "technique" au calibre.


C'est un vrai régal que de porter cette Spring Drive. Son diamètre est légèrement supérieur à 42mm mais l'épaisseur de la lunette la rend plus petite qu'elle n'est. Elle se positionne parfaitement sur le poignet et est très confortable.

Rapidement, notre regard se laisse hypnotiser par le parcours fluide et continu de la trotteuse.

La montre est relativement épaisse. Mais heureusement, le design particulier du boîtier permet d'éviter le côté "boîte de thon" que l'on peut retrouver dans certains modèles.

Le bracelet croco ne m'a pas convaincu en revanche mais cela n'altère en rien mon sentiment plus que favorable sur cette Seiko. Je dois avouer que je suis totalement sous son charme car Seiko a su allier à travers cette Spring Drive rigueur et originalité, technique et poésie. Le positionnement tarifaire peut certes sembler élevé pour une Seiko (près de 5.000 euros) mais la qualité de cette montre le justifie sans problème.

Je souhaite remercier l'équipe du Seiko Center de la rue Bonaparte à Paris pour son accueil chaleureux.

samedi 9 mai 2009

Audemars Piguet: Tourbillon Automatique Extra-Plat

Ce Tourbillon Automatique Extra-Plat fait partie des pièces qui ont marqué la riche histoire d'Audemars Piguet. Fruit de la collaboration entre André Beyner et Maurice Grimm, cette montre lors de sa présentation en 1986 constituait en effet une grande première car logeant un calibre automatique à Tourbillon dans un boîtier extra-plat.

Son design très particulier lui donne beaucoup de caractère. Cependant, il n'est pas sans rappeler celui de l'Ellipse d'Or de Patek Philippe qui elle fut présentée 18 ans auparavant.

3 détails captent immédiatement notre attention:
  • le positionnement du Tourbillon à 11 heures
  • la masse oscillante visible côté cadran par le biais d'un guichet à 6 heures
  • et la décoration en rayons du cadran en or (autrement appelé motif "gloire")
La montre est tout en délicatesse, la taille du boîtier étant de 29 sur 36mm. Afin de ne pas provoquer de rupture de ligne, la couronne se trouve sur le fond du boîtier. Malheureusement, le calibre 2870 n'est pas visible.

Au poignet, le côté totalement décalé voire démodé de la montre lui donne paradoxalement un certain charme. Sa taille contenue la rend harmonieuse et on prend du plaisir à observer le Tourbillon et le rotor.

Montre atypique, cette Audemars Piguet séduira soit le collectionneur recherchant une pièce ayant marqué de son empreinte l'histoire de l'horlogerie soit le dandy légèrement décati. En tout cas, nous ne pouvons pas nous empêcher de mener une réflexion sur l'évolution des tendances horlogères. Il y a plus de 20 ans, cette montre Tourbillon était présentée dans un boîtier tout en finesse. De nos jours, les Tourbillons sont déclinés dans des boîtiers body-buildés. Est-ce vraiment un progrès en matière d'élégance?

dimanche 3 mai 2009

Gérald Genta: Octo Retro Fantasy

La collection Fantasy est peut-être la plus célèbre chez Gérald Genta. En effet, ces montres dont les cadrans comportent des personnages de Walt Disney sont très recherchées par les collectionneurs, leur production limitée les rendant difficilement disponibles.

Tendance initiée par l'Octo Ultimate Fantasy Tourbillon, le boîtier Octo est maintenant utilisé pour cette collection. C'est dans ce contexte que l'Octo Retro Fantasy fut présentée lors de la Foire de Bâle 2009.

Il s'agit ici d'une Retro simple car la montre n'a pas d'indicateur du quantième contrairement à la Biretro. Le cadran laqué, à la finition irréprochable, est décoré par un Mickey chef d'orchestre et par une clé de sol. Malheureusement, contrairement aux Fantasy utilisant les boîtiers Arena, Mickey n'est pas utilisé pour l'affichage de l'heure. C'est fort dommage, c'est une partie du charme de ces montres qui s'envole.

L'Octo Retro Fantasy se veut cependant plus luxueuse, plus habillée. Son boîtier en or d'un diamètre de 39,5mm est magnifique. La couronne est ornée d'un cabochon en onyx.

Mais c'est finalement côté calibre que Mickey s'anime! Nous retrouvons bien évidemment le calibre traditionnel équipant les Octo basé sur le GP3100. Et ici, comme pour l'Ultimate Fantasy Tourbillon, il est affublé d'un rotor avec la tête de la plus célèbre des souris.

Au poignet, la montre est très agréable à porter, son diamètre se situant entre les 2 tailles de boîtier des Octo Biretro. Après une petite période d'accoutumance, l'heure se lit très facilement (système classique Genta d'heures sautante couplées à des minutes rétrogrades).

Montre atypique, l'Octo Retro Fantasy séduit par ses finitions et par le côté ludique du cadran. Je regrette cependant l'aspect statique de Mickey et un thème laissant supposer que la montre est sonore... ce qu'elle n'est pas. En revanche, sa présentation générale la rend beaucoup plus portable dans un contexte plus habillé que les Fantasy précédentes.