dimanche 26 avril 2009

Lionel Ladoire: La Roller Guardian Time

La foire de Bâle 2009 m'a donné l'opportunité de rencontrer Lionel Ladoire et Richard Piras et de découvrir une des montres dont on parle le plus dans le petit montre de l'horlogerie indépendante, la RGT (Roller Guardian Time).

Lionel Ladoire n'est pas horloger de formation mais designer en joaillerie. Avec son ami et associé Richard Piras (issu du monde de la Finance), il a décidé de se lancer dans la grande aventure de la création d'une marque horlogère mais en se donnant toutes les chances de réussite. La première montre présentée par Lionel Ladoire se distingue donc du reste de la production horlogère par son design audacieux et son calibre exclusif à micro-rotor.

En dehors du second fuseau horaire, la montre ne possède pas d'aiguilles car les indications du temps (heures, minutes, secondes) sont données par trois disques montés sur roulement à billes.

Le boîtier est asymétrique et imposant (56mm x 45mm et 16mm d'épaisseur) mais son dessin est fluide et élancé.


Le calibre exclusif a été développé avec Philippe Michel Ruedin (ASXP) qui a également travaillé pour Hautlence et MCT. La base du calibre provient de la reprise du pointage d'un calibre Patek-Philippe à micro-rotor sur lequel Philippe Michel Ruedin avait travaillé. Grâce à son développement spécifique, il est totalement adapté au boîtier:


Ce calibre est à basse fréquence (2,5hz) et a une réserve de marche de 44 heures.

Vous noterez donc la présence de la couronne de réglage de l'heure à 8 heures. L'aiguille du second fuseau se règle grâce à un poussoir situé dans la carrure droite de la montre.


Il faut le reconnaître: au poignet la montre est volumineuse, le gabarit se ressent et il est nécessaire de bien ajuster le bracelet pour qu'elle puisse se porter avec confort. Ceci dit, ce bracelet a été conçu pour permettre un réglage fin.



Le modèle présenté est en or gris mais d'autres déclinaisons existent comme en or rose:

En titane:

Vous observerez la finition spécifique du calibre:


Un trio de RGT:

Originale et bien conçue, la RGT séduira l'amateur d'horlogerie indépendante à la recherche d'une montre au fort caractère.

Je souhaiterais remercier vivement Lionel Ladoire et Richard Piras pour l'accueil chaleureux qu'ils m'ont réservé. Et bien entendu, je leur souhaite un beau succès avec leur marque.

mercredi 22 avril 2009

MCT: La Sequential One (nouvelle version)

C'est toujours un grand plaisir que de rencontrer Denis Giguet. Sa présence au sein de la Watch Factory de la Foire de Bâle 2009 m'a permis de découvrir une nouvelle version de la Sequential One.

J'avais déjà présenté les caractéristiques de cette montre à l'affichage de l'heure si particulier ici.

La nouvelle version se distingue de la précèdente par une légère modification esthétique. Les chiffres des heures et des minutes sont ici clairs sur fond sombre alors que c'était l'inverse sur la version découverte lors du Salon Belles Montres. Le changement est judicieux car je trouve que la montre est plus lisible ainsi (à gauche, le modèle initial):




Bien évidemment, côté mécanique, il n'y a aucune modification, nous retrouvons le calibre exclusif à échappement à double spiral Moser ainsi que la trotteuse présente côté mouvement.

Enfin, nous retrouvons la même présence au poignet grâce à la forme du boîtier et au système d'affichage de l'heure. Il est toujours amusant de constater que comme sur les Hautlence, le changement d'heure "se ressent" lorsque nous portons la montre du fait de l'incidence mécanique (prismes qui tournent et rotation du fer à cheval des minutes).


Plusieurs mois après l'avoir découverte, la Sequential One reste pour moi une de mes montres préférées à affichage original de l'heure.

lundi 20 avril 2009

Daniel Roth: Athys Moon 2134

Je dois avouer que je suis fan des Athys chez Daniel Roth. Leur forme particulière, leur taille, leur élégance m'ont toujours séduit.

Cette Athys Moon 2134 est une de nouveautés de la Foire de Bâle que je préfère. En effet, l'adjonction de l'indicateur des phases de lune par rapport à l'Athys II donne beaucoup de charme à cette montre.


La montre tire son nom du fait qu'il faudra attendre 125 ans à partir de 2009 pour avoir besoin de régler les phases de lune ce qui en fait une précision légèrement supérieure à une grande partie des montres qui elles, nécessitent un réglage tous les 122,5 ans.

Côté calibre, la bonne surprise est la reprise du calibre Frédéric Piguet 151 particulièrement adapté à cette montre.


Grâce à sa forme particulière, la taille de la montre (44mm) ne se ressent absolument pas. Au contraire, on apprécie une certaine harmonie qui se dégage de cette montre. Et rares sont les montres de cette taille qui donnent cette impression.

Montre très confortable , c'est un vrai plaisir de la porter.


On pourra juste peut-être regretter que les poussoirs de correction du quantième et des phases de lune soient proéminents. Des poussoirs intégrés auraient peut-être été préférables dans ce contexte. Mais malgré ce détail, l'Athys Moon 2134 reste une vraie réussite et une des plus jolies montres à phases de lune du marché.

dimanche 19 avril 2009

Rebellion: REB-5

Rebellion est une toute jeune marque suisse qui présentait lors de la Foire de Bâle 2009 deux nouveaux modèles, la REB-7 (Montre régulateur) et la REB-5 (Tourbillon). Je souhaite vous présenter cette dernière.

Le style Rebellion, c'est avant tout un boîtier massif (46mm x 56,7mm), épais (19,7mm) mais esthétiquement réussi grâce au talent d'Eric Giroud. Les petits poignets doivent donc s'abstenir, la marque s'adresse aux amateurs de montres imposantes et au style affirmé.

L'intérêt de cette REB-5 (ainsi que de la REB-7) est d'avoir comme mouvement un calibre exclusif développé par Laurent Besse des Artisans Horlogers. Son architecture est particulièrement réussie car il a été pensé comme s'il allait être posé à l'envers dans la montre. Ainsi, lorsque nous remontons la montre, nous voyons les rouages tourner côté cadran.

D'une fréquence de 3hz, il possède grâce à 2 barillets une réserve de marche de 7 jours. Vous noterez l'emplacement original du Tourbillon suspendu à un pont qui va dans le sens de la hauteur de la montre.

Les 2 barillets sont clairement visibles lorsque nous retournons la montre:

Un flanc du boîtier comporte une ouverture permettant d'observer le Tourbillon. La montre photographiée est un prototype, la version finale aura une fenêtre élargie.

Au poignet, la montre a du mal à cacher son gabarit, c'est d'ailleurs surtout l'épaisseur qui surprend. Elle reste cependant confortable. Il faut donc avant tout s'habituer visuellement à un tel volume au poignet.


Bien finie, présentant un calibre original et bien en accord avec le design de la montre, la REB-5 est une montre loin d'être dénuée d'intérêt. Sa taille risque cependant d'en rebuter plus d'un. Les autres pourront être séduits par le caractère puissant que la montre dégage.

Un grand merci à l'équipe Rebellion et à Laurent Besse pour leur accueil pendant la Foire de Bâle.

vendredi 17 avril 2009

Lange & Söhne: Lange 1 Timezone Or Rose

Lors du SIHH 2009, fut présentée une nouvelle déclinaison de la Lange 1 Timezone Or Rose à cadran gris.

Je dois avouer que la Timezone n'est pas ma Lange 1 préférée même si ses caractéristiques techniques sont fort intéressantes. En effet, j'ai tendance à la trouver un peu confuse, voire trop complexe. Il n'en reste pas moins que sa capacité à indiquer l'heure de son domicile (cadran principal) ainsi que l'heure de n'importe quel point du globe (cadran annexe) avec indicateur jour&nuit dans chaque cas est fort appréciable.

Mais je souhaitais vous en parler pour deux raisons: la première est que la combinaison entre le cadran gris et l'or rose est particulièrement réussie.

La deuxième est parce que cette montre est une des toutes premières de l'industrie horlogère à avoir remplacé Caracas par Santiago comme ville référence du fuseau concerné (GMT -4h00). En effet, depuis décembre 2007, le Vénézuela se singularise en étant le seul pays à se trouver dans la zone GMT-4h30. Exit donc Caracas, remplacée par Santiago.


En dehors de ces différences, nous retrouvons toutes les caractéristiques de la Lange 1 Timezone: son diamètre de 41,9mm, son épaisseur de 11mm, son calibre L031.1 qui se reconnaît au premier coup d'oeil et d'une fréquence de 3hz. A noter que ce calibre est composé de près de 420 pièces.

Même si je continue à préférer la Lange 1 simple ou la Moonphase, cette déclinaison de la Timezone est pour moi la plus réussie et la montre se porte avec un plaisir certain.


jeudi 16 avril 2009

Greubel Forsey: Quadruple Tourbillon à différentiel

Le Quadruple Tourbillon à différentiel est une des oeuvres magistrales de Robert Greubel et de Stephen Forsey.

Elle symbolise la recherche de la précision par le biais de solutions complexes et peut être, à ce titre, à la fois admirée comme décriée.

Le principe de la montre est de proposer quatre Tourbillons et deux organes réglants autonomes. Reprenant en cela le principe du double Tourbillon, chaque organe se trouve dans une première cage de Tourbillon qui effectue une rotation complète en une minute, ladite cage se trouvant dans une deuxième cage effectuant une rotation en 4 minutes.

Le différentiel sphérique, entraîné par deux barillets en série, permet la transmission des deux organes réglants vers le système d'affichage.

Compte tenu de son architecture, le mouvement d'une fréquence de 3hz est composé de plus de 530 pièces. La réserve de marche est de 50 heures grâce au double barillet en série.


En sus de l'affichage des heures et minutes, le cadran plein or propose une petite seconde sectorielle ainsi qu'une réserve de marche sectorielle. L'affichage de la petite seconde est rendu nécessaire par le fait que la rotation de la cage extérieure du Tourbillon se fait en 4 minutes.

La qualité de la finition est bien entendu au rendez-vous, les aiguilles, logo, secteurs et appliques étant en or.

Compte tenu de ses caractéristiques, il est tout à fait logique que les dimensions du mouvement soient imposantes: 36,4mm de diamètre et 9,70mm d'épaisseur. De ce fait, la montre est elle aussi généreuse, son boîtier en platine mesurant 43,5mm de diamètre avec une épaisseur de 16mm.

Comme vous pouvez l'observer, la forme du boîtier n'est pas parfaitement ronde du fait notamment de la présence de la fenêtre latérale qui permet d'observer l'inclinaison et la rotation des 2 cages. Le pont des Tourbillons extérieurs étant en saphir, ils semblent flotter dans l'espace. Le résultat est un régal pour les yeux.


Côté calibre, les platines en maillechort perlées, les ponts grenés en maillechort traités palladium, les vis bleuies à la flamme contribuent au rendu visuel exceptionnel. Le double barillet est visible juste au-dessus du différentiel sphérique, qui placé au centre de la montre, joue son rôle de chef d'orchestre des deux organes réglants.


Au porter, le poids et le volume de la montre se ressentent. Il est donc important, comme toujours avec ce type de montre, de bien l'ajuster car sinon son poids la fait basculer et la rend inconfortable. Mais quel plaisir lorsque nous l'observons au poignet! Le ballet des Tourbillons anime le cadran et il est finalement difficile de lire l'heure car nos yeux sont immédiatement attirés par la rotation des cages...


Le Quadruple Tourbillon à différentiel est donc une montre envoutante. Complexe, imposante, son apparente lourdeur que nous pouvons ressentir lors des premiers instants laisse ensuite place à un sentiment de légèreté due à la rotation des Tourbillons. Un paradoxe qui rend la montre très séduisante.

La question qui se pose ensuite est l'efficacité d'un tel mécanisme du point de vue chronométrique. Je ne suis bien évidemment absolument pas en mesure de juger cet aspect-là. De source Greubel Forsey, les résultats chronomètriques obtenus sont excellents. Après, il faudra les confronter à la réalité du porter au quotidien et de la tenue dans le temps.

Rendons quand même hommage à Robert Greubel et à Stephen Forsey qui, une fois de plus, ne choisissent pas une voie simple dans leur recherche de la perfection horlogère et qui nous propose une véritable prouesse mécanique à travers ce Quadruple Troubillon à différentiel.

Je souhaiterais remercier la boutique Chronopassion pour son accueil toujours chaleureux.

mercredi 15 avril 2009

MB&F: Horological Machine n°1 Séries limitées


Le stand de Max Büsser était idéalement placé au sein de The Watch Factory pendant la Foire de Bâle 2009. Cela m'a permis de refaire des photos des deux dernières Horological Machines 1 que j'avais déjà vues suite à une rencontre avec Max à Genève.

Ces 2 montres en série limitée sont les ultimes HM1 et sont pour moi les plus réussies.

La HM1 constitue le début de l'histoire de MB&F et est à ce titre la montre la plus représentative de ce que voulait faire Max Büsser en créant sa propre marque.
La HM1 est une montre excessive, imposante, déroutante, sans compromis. Certains la trouveront ridicule, importable, d'autres géniale, fascinante et c'est tout cela son intérêt: elle apporte quelque chose de différent dans le paysage horloger.

La première série limitée est le modèle à cadran transparant et en or rose (série limitée de 10 pièces). Nous retrouvons donc toutes les caractéristiques de la HM1: son design particulier, sa largeur de 64mm (!!!), son tourbillon central, les indications horaires éclatées, son mouvement à 4 barillets, à 376 composants, à 7 jours de réserve de marche, son rotor en astéro-hache...

Les amateurs de petites montres de smoking passeront leur chemin. Les collectionneurs qui aiment les sensations fortes seront en revanche séduits par le nouveau cadran qui, s'il n'est pas des plus lisibles, renforce l'esthétique de la montre.



La deuxième série limitée (de 10 pièces également) présente le même type de cadran mais a un boîtier PVD, une décoration de calibre différente avec un rotor bleu qui est devenu un peu le symbole de ce modèle précis.





Il est intéressant de remarquer que le changement de matériaux transforme totalement la montre.

Il est temps maintenant de dire adieu à la HM1 qui tire sa révérence avec ces 20 dernières montres. Mais gageons que les futures HM nous surprendront tout autant.