mardi 14 octobre 2008

Breguet: La 7137

J'ai eu l'occasion de voir la nouvelle Breguet 7137 lors d'une visite à la boutique Place Vendôme. Un grand merci à Sébastien pour l'accueil!

La 7137 est en fait un restylage de la 3130 elle-même inspirée de la Breguet n°5.

Elle combine donc comme la 3130, un affichage de la réserve de marche, la phase de lune, un quantième à aiguille. On note toujours l'absence de la trotteuse.



Cette montre s'adresse avant tout à ceux qui étaient attirés par la 3130 mais qui la trouvaient finalement trop petite: oublions les 35,5mm, le nouveau diamètre est maintenant de 39mm.

La 7137 est toujours équipée du calibre automatique 502 (une base Frédéric Piguet), à 46 heures de réserve de marche et d'une fréquence de 3Hz.

On aurait apprécié une décoration un peu plus baroque du calibre:


L'ensemble est un peu trop sage, dommage.

La grande différence se fait au poignet évidemment. La beauté du cadran prend toute son ampleur! L'intérêt de la montre réside là avant tout: dans ce somptueux cadran qui reste équilibré malgré l'augmentation du diamètre.


J'aimerais tant retrouver exactement les mêmes fonctions que la n°5, à savoir une trotteuse à la place du quantième... mais je suis en train de rêver.

La 7137 est donc une montre très belle. Son cadran parfaitement dessiné, son guillochage parfait captivent le regard. On aurait cependant aimé des prestations au niveau du calibre plus en conformité avec le tarif de la montre. Certes le calibre fait son office mais on attend plus d'une marque comme Breguet. Mais est-ce vraiment si important face à une telle beauté?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut Fx, je suis passé chez Breguet pour essayer la montre.
Accueil courtois de rigueur. On passe un moment agréable loin de la foule.
Côté mouvement, pas de surprise. Hélas. On achète une Bréguet pour ce qui se passe devant, rarement pour ce qu'on voit derrière. C'est du FP classique, dont les finitions manquent d'affirmation. Le trait est un peu mou voire incertain. Le rotor décentré est sans doute le symptôme d'un remplissage partiel, camouflé sous le pont en croissant côté couronne.
De face, la boite est large, sans doute un peu trop mais c'est la tendance.
La finition est au standard Breguet, avec notamment des aiguilles et un cadran de haute qualité d'exécution.
L'organisation du cadran "tue" la montre par rapport à la N°5 et la 3130 qui en reprenait assez fidèlement les traits marquants.
La RDM occupe un énorme secteur, cela tient de la part de Brie.
Quelle idée d'avoir "verticalisé" la RDM et la phase de lune. Breguet vient de rompre l'harmonie du cadran ainsi que sa fonctionnalité : le chemin d'heures est largement entamé. C'est contraire à l'esprit Breguet tout orienté vers la fonctionnalité esthétique.

La 3130 est malheureusement discontinue. Seule survivra la version au calibre ultra-décoré/sculpté et bien chère.

J'ai donc été déçu par ce modèle revisité.

L'absence de trotteuse fait que le cadran est un peu mort.

Mnementh

François-Xavier a dit…

Merci Mnementh pour ton commentaire.