dimanche 28 septembre 2008

Favre-Leuba: La collection Mercury

Sous l'impulsion de son propriétaire, Roberto Lopez Haba et de son CEO, Clément Brunet-Moret, la marque Favre-Leuba renaît de ses cendres.

La gamme actuelle de Favre-Leuba s'articule autour de la collection Mercury et de la plongeuse, présentée cette année, la Bathy V2.

Grâce à Michel Fréret et à Sébastien de la boutique Fréret&Roy, (que je remercie chaleureusement) j'ai eu l'occasion de découvrir la collection Mercury.

Cette collection est composée de 3 montres: la Chronographe FL301, la Grande-Date FL302 et la Réserde de Marche FL303.

Les points communs entre ces 3 montres sont les suivants:
  • L'emploi de calibres ETA retravaillé sur lesquels sont rajoutés des plateaux spécifiques Dubois Dépraz
  • Une très belle finition générale et particulièrement du boîtier, au galbe particulier. Les modèles présentés ont des boîtiers en acier inoxydable 316L mais existent également en or rose (sauf la FL303)
  • Les FL302 et 303 mesurent 41mm tandis que le chronographe mesure 44mm de diamétre
  • Les index et appliques sont en or
  • Le système original de la couronne (B/CLS: bidirectional/crown locking system)
  • Pour la FL301 et 302, l'indicateur de marche intégré (ERI: embedded running indicator)
  • De très beaux jeux de couleur (pas de couleur qui tranche, tout est en nuance)
Que sont exactement le B/CLS et l'ERI?

Le B/CLS est en fait un système à 2 couronnes. Ce système permet de remonter la montre sans dévisser la couronne et d'éviter de tirer la couronne par mégarde. On tourne la couronne intérieure (la plus proche du boîtier) et lorsque l'indicateur rouge apparaît entre les 2 couronnes, la couronne externe est libérée et peut être tirée pour régler la montre.

L'ERI est un compteur qui est lié à la trotteuse en forme de sablier. Le disque qui tourne dessous laisse ainsi apparaître des segments de différentes couleurs animant le cadran de façon très subtile. Un très joli effet.

Parcourons maintenant cette collection.

La FL 303 est donc le modèle à réserve de marche. Ce n'est pas mon préféré, la date bizarrement placée semble un peu perdue. Cependant, la qualité d'exécution de l'ensemble est bien présente.



La FL302 me semble plus équilibrée et l'ERI donne une belle animation sur le cadran.




Enfin, ma préférée est sans hésitation le chronographe, la FL301. Le boîtier est superbe et l'intégration des poussoirs parfaitement réussie. A noter qu'il est chronomètre certifié COSC.





En conclusion, ce fut une belle découverte, Favre-Leuba a su créer une collection cohérente et de qualité homogène. De beaux projets notamment le développement d'un calibre de manufacture sont en cours ce qui n'est que logique compte-tenu de la très riche histoire de la marque.

samedi 27 septembre 2008

Rolex: Cellini Prince Everose

Lorsqu'on pense à Rolex, on fait immédiatement référence aux Oysters, professionnels ou perpetual. Mais la collection Cellini comporte également des montres qui méritent l'attention. Cette Prince Everose en fait partie.

Montre rectangulaire en or rose, inspirée par un modèle des années 20, elle est peut-être la montre la plus "habillée" du Rolex d'aujourd'hui.



Cependant, malgré son aspect classique, elle comporte des éléments esthétiques bien actuels:
  • Le boîtier est relativement épais mais sa forme incurvée lui donne beaucoup d'élégance.
  • Le cadran comporte des rayons flammés lui donnant une touche d'originalité
  • Les aiguilles sont relativement épaisses pour correspondre au boîtier
La finition du boîtier est excellente:

Bien logiquement, comme ce type de montre l'exige, la Cellini Prince est équipée d'un calibre de manufacture à remontage manuel et qui, fort heureusement, est de forme. Son architecture est intéressante avec de jolies découpes de platine. La décoration rappelle celle du cadran. On regrette cependant qu'il ne soit pas complètement dévoilé. Enfin, le balancier est très petit.


A l'usage, ce calibre chronométrique se révèle très agréable: le remontage est très doux. Un très bon point pour Rolex.

Au poignet, la relative épaisseur du boîtier et des aiguilles s'oublie et l'élégance générale de la montre ressort. Selon l'éclairage, grâce aux rayons, le cadran prend des aspects différents.



Le bracelet est de qualité et est, comme il se doit pour une montre habillée, plat. Il est de plus d'un joli brillant.

Je suis moins convaincu en revanche par le fermoir déployant. Sa finition est certes excellente. Mais je trouve qu'un ardillon aurait eu plus sa place dans ce contexte. Cependant, comme me l'a rappelé la vendeuse, sa taille rappelle le boîtier. Cette remarque est tout à fait juste mais je trouve que cela retire de la finesse à l'ensemble.

En conclusion, cette Cellini Prince est une réussite. Malgré quelques détails qui, je pense, auraient pu être traités avec un peu plus de subtilité, on se laisse facilement séduire par cette montre à la finition impeccable et qui se révèle à l'usage irréprochable.

Elle constitue une alternative crédible à des montres habillées de forme de marques mieux référencées que Rolex sur ce segment. Je tiens à remercier le personnel de la Boutique Rolex de la Place Vendôme pour la qualité de l'accueil.

dimanche 21 septembre 2008

Lange & Söhne: Visite de la Manufacture (2/2)

La visite de la Manufacture se poursuit.

Des ateliers sont réservés au montage des calibres les plus complexes, comme les chronographes.





A l'issue du montage, chaque montre subit une batterie de tests. Lange est la seule marque à monter le calibre de la montre puis à le démonter pour le remonter de nouveau.


Les Maîtres Graveurs sont de véritables artistes. En sus d'une solide formation, il faut plusieurs années d'expérience pour commencer à maîtriser ce métier:





Au cours de la visite, nous avons pu voir un très beau Régulateur réalisé par des élèves de l'école d'horlogerie:


En effet, Lange&Söhne accorde beaucoup d'importance à la formation des futurs talents. En 2008, la marque a d'ailleurs accueilli son 500ième employé, une jeune horlogère de 19 ans:

Bien évidemment, nous eûmes l'occasion d'apprécier de très belles montres et notamment, en avant-première la Langematik Spéciale Wempe qui devait sortir quelques semaines plus tard.


Le Datograph et le Double-Split:


Des pièces historiques:



Peter Chong avec Harmut Knothe:

Votre serviteur avec de nouveau Harmut Knothe:

La visite s'achève et nous repartons tous émerveillés par cet superbe journée. Mais comment ne pas avoir une pensée envers Günter Blümlein qui a tellement oeuvré par son talent et son énergie pour la renaissance de la marque et dont l'influence est toujours bien présente au sein de la Manufacture?



Lange & Söhne: Visite de la Manufacture (1/2)

J'ai eu la très grande chance de visiter la Manufacture Lange&Söhne à Glashütte en septembre 2005 avec un groupe d'amis. Je tiens à remercier particulièrement Peter Chong qui a organisé la visite ainsi que toute l'équipe Lange pour la qualité de l'accueil, sa disponibilité et gentillesse.

Nous fûmes accueillis par Harmut Knothe et par Arnd Einhorn:

Une superbe horloge:


Les machines à commande numérique permettent d'usiner les pièces avec beaucoup de précision:


Puis le travail de finition des pièces commence (anglage, perlage etc...):







Une fois les pièces achevées, le montage du calibre débute:












La suite dans la seconde partie de la visite.